Contexte

    avatar
    Arya Evans
    Admin
    Cheftaine des Magassionnels

    Messages : 3328
    Age : 35
    Métier : Magassionnelle
    Nature : Shiromag
    Niveau : //

    Contexte

    Message  Arya Evans le Dim 4 Mar 2018 - 18:27

    Contexte
    Bienvenue dans un monde où le merveilleux est devenu ordinaire et où la magie s’épanouit dans un univers contemporain. Dans ce monde riche d’histoires et de destins croisés, il existe une magie que l’on appelle le Don. Une force que chacun ressent différemment, que certains peuvent exploiter, que d’autres ne peuvent contrôler. Une magie intégrée à la banalité irréelle du quotidien qui s’oublierait presque, mais qui continue de fasciner.

    Sannom

    Des magas et des nomags peuplent ce monde. Les magas peuvent influer et modeler leur don en fonction de leur niveau ou de la puissance qu'ils possèdent. Les nomags, eux, s’ils ressentent parfois la présence du don dans leur environnement, sont incapables d’agir sur celui-ci. Cette différence majeure entre deux catégories de personnes a été la source de divers conflits, jalousies et inégalités par le passé. Les magas avaient, par exemple, accès à des places ou des postes interdits aux autres, privilèges de ceux qui savent pratiquer la magie et qui la mettent au service de la société. Cette différence s’est atténuée avec le temps, notamment grâce au développement technique et technologique qui a permis de compenser les inégalités. Aujourd’hui, magas et nomags vivent en harmonie grâce à un principe d’indifférenciation. Tous deux sont indispensables au bon fonctionnement de la société. Mais est-ce que cette harmonie perdurera ?

    La ville de Sannom est la capitale de Gamaëlia. Théâtre de manœuvres politiques, elle abrite une population très hétéroclite et attire des habitants venus des quatre coins du monde. La ville, comme toutes celles du pays, est régie par un système de guildes dont certaines sont plus influentes que d’autres. Magassionnels, Ryzeurs d’or, Chasseurs de Prime, Griffoneurs, Arimags et Artifiques contribuent chacun d’une manière différente au bon fonctionnement de la société gamaëlienne. Les étudiants font partie d’une guilde à part, en attendant de choisir celle qu’ils rejoindront après leurs études. L’Académie de Sannom, par ailleurs, réputée à travers le monde, accueille tous les jeunes magas avides d’apprendre à contrôler, exploiter et développer leur don. Quant aux personnes qui ne font partie d’aucune guilde, peu importe la raison, elles sont appelées les sans-couleurs.

    L'Invasion

    Il y a quelques années, Gamaëlia et plus particulièrement Sannom ont été victimes d’une attaque sans précédent : une invasion menée par Sombréa, leur ennemi historique. Ce pays impérialiste et conquérant s’est étendu en dominant ses voisins et a toujours jalousé la forte influence culturelle de Gamaëlia, pays rendu accessible grâce à l’existence de la passe de Sandélia, un no man’s land reliant les deux continents. Sombréa avait pour ambition de dominer Gamaëlia et de prendre possession de son territoire. Pour cela, le pays a envoyé des hommes infiltrer la population sannomane. Des espions, des agents, mais aussi des magas puissants, qu’ils soient shiromags ou kuromags - les shiromags pratiquant une forme de magie majoritairement répandue à travers le monde, et les kuromags pratiquant une magie formellement interdite à Gamaëlia et dans de nombreux pays, mais parfaitement tolérée au sein de Sombréa. Tous ces agents infiltrés sombréens firent tomber des têtes à Sannom et en enrôlèrent d’autres, de sorte à prendre possession de la ville et à instaurer un régime de terreur.

    Sombréa occupa ainsi la capitale gamaëlienne pendant un an. Une longue année où responsables politiques étaient traqués, où des exécutions publiques étaient menées, où le sang coulait et où la population vivait dans la peur. Mais une résistance finit par se créer. Magas et nomags s’allièrent dans l’ombre pour mener des actions rebelles et tenter de reprendre le contrôle de la ville. Un groupe de résistants mena un commando jusque dans le quartier général de la force armée ennemie et tua le Commandant responsable de l’occupation. Cette action eut le mérite d’engendrer une confusion chez l’ennemi, qui permit à d’autres réseaux de résistants de s’attaquer aux armées sombréennes postées en ville. Affaiblies, ces dernières ne purent résister à l’assaut final des armées gamaëliennes qui se joignirent aux résistants et qui réussirent à reprendre le contrôle de la ville. Sannom fut ainsi libérée, au prix de grands sacrifices.

    Cette invasion marqua un chapitre très sombre de l’histoire gamaëlienne. Désireux de ne jamais revivre une telle attaque un jour, l’Etat renforça ses armées, décida de traquer les sombréens infiltrés de façon intensive et condamna fermement l’utilisation de la kuromagie au sein du pays. Ainsi, les dérapages de la résistance ne furent pas pardonnés. Ceux qui ont payé la libération de la ville au prix de la kuromagie sont passés du statut de héros à celui de criminels.

    L'avènement de l'Akaëlia

    Le pays vécut par la suite six années de calme, seulement rythmées par quelques aléas propres à la vie en société. Puis une nouvelle menace fit son apparition. Il s’agit de l’Akaëlia, un groupuscule extrémiste composé de membres puissants et ambitieux qui aspirent à un monde entièrement régi par la magie, mais dont les motivations sont encore inconnues du grand public. Cette organisation de l’ombre est ancienne et ses membres sont extrêmement difficiles à identifier, au point où ce n’est simplement qu’une rumeur qui court à travers le pays.

    Les akaëliens recherchent activement, et dans l’ombre, des shiromags prometteurs qui pourraient rejoindre leur cause. Ils cherchent aussi à trouver un moyen de contrôler les kuromags pour les exploiter comme des armes. Pour cela, l’Akaëlia a même mené des expérimentations en son sein en demandant à des shiromags de former leurs propres enfants à la kuromagie, pour tenter d’apprendre à canaliser et contrôler cette forme de magie afin de constituer une armée. Ces expérimentations ont eu quelques ratés, notamment avec certains enfants qui ont échappé à l'organisation et qui se sont enfuis en pleine nature, tels des bombes à retardement.

    Sorel, l’un de ces enfants, une fois devenu adulte, a tenté de prendre le pouvoir sur l’Akaëlia. Il a recruté des partisans et a notamment enrôlé un jeune homme qui fit plus tard partit des résistants libérateurs de Sannom à l’époque où Sombréa envahit la ville. Un résistant qui fut formé à la kuromagie par cet akaëlien, exactement comme lui avait été formé enfant, qui s’en brûla les ailes et qui fut condamné par la société par la suite pour cela. Si cette histoire ne fit pas de vagues pour l’Akaëlia et que cette dernière gagna en puissance, discrètement, progressivement, infiltrant les plus hautes sphères de la politique et de l'économie gamaëlienne au fil des années, le retour de Sorel changea la donne alors que sa puissance se faisait remarquer des autorités. Enfant maudit de l’Akaëlia, il décida de s’attaquer à nouveau à l’organisation dont il souhaitait toujours prendre le contrôle. Cette fois, il fut épaulé par des agents sanommans qui souhaitaient profiter de cette occasion pour démanteler l’Akaëlia dont ils soupçonnaient l’existence sans réussir jusqu’ici à s’y attaquer pour de bon, mais sans pour autant en laisser le contrôle à un kuromag.

    Cette entreprise, menée secrètement, a échoué. En effet, même si l’Akaëlia a été affaiblie, voire presque détruite, elle a su inverser la donne en faisant éclater le conflit au grand jour. Des combats ont ainsi été menés dans les rues de Sannom, provoquant beaucoup de dégâts et faisant de nombreuses victimes. Le gouvernement a donc demandé des comptes. Les agents sanommans ont été livrés en pâture à la presse et la justice, alors qu’ils avaient agi en secret et en enfreignant de nombreuses lois, dans une société où personne ne croyait vraiment à l’existence du groupe extrémiste. Les akaëliens survivants ont profité de la confusion pour disparaître. Le temps aidant et les années passant, l’histoire se fit peu à peu oublier, alors que dans l’ombre, l’Akaëlia mise à mal se remet de ses blessures et se reconstruit. Aujourd’hui, elle est prête à revenir, bien déterminée à créer un jour sa société parfaite, alors que tout le monde à Gamaëlia et à Sannom l’ignore encore.

    Il semblerait que les menaces se concrétisent dans cette ville qui a peut être endormi trop longtemps sa vigilance...

    Reste à choisir un camp.




    _________________
    T'es mort