Annexe facultative #1 La Société

    avatar
    Liven Reaves
    Admin
    Fugitif

    Messages : 2874
    Age : 34
    Nature : Kuromag
    Niveau : Expert

    Annexe facultative #1 La Société

    Message  Liven Reaves le Jeu 8 Mar 2018 - 17:45

    La Société
    La société gamaëlienne se rapproche des modèles européens en terme de valeurs et de rapports sociaux. Néanmoins, il subsiste quelques particularités qu'il convient d'éclaircir.

    Les relations entre nomags & magas
    De fait, le Don crée des inégalités entre les individus en favorisant les dispositions magiques des uns au détriment des autres. Les conflits entre magas et nomags ont longtemps semblé insolubles jusqu'à ce que le développement technique et technologique permette de compenser ces inégalités.

    Aujourd'hui, les tensions sont nettement apaisées et les deux populations cohabitent en bonne intelligence sur la base d'un principe d'indifférenciation et une volonté d'optimisation des compétences.

    Le principe d'indifférenciation

    Ce principe moral veut que les individus soient considérés comme égaux, quelques soient leurs prédispositions magiques.

    Contrairement à ce qu'il peut se passer dans certains pays, les magas ne bénéficient pas d'une considération particulière ou de traitements de faveurs, de même qu'ils ne font pas l'objet de stigmatisations. La magie est parfaitement intégrée au quotidien des nomags qui y sont plus ou moins sensibles, utilisent des artefacts, ou sollicitent les services des magas en fonction de leurs besoins. Néanmoins, l'arrogance des uns et la jalousie des autres viennent ternir cette entente cordiale qui se trouve d'ailleurs parfois contestée, notamment par l’extrémisme de l'Akaëlia.

    Les guildes sont tenues d'appliquer ce principe d'indifférenciation. Elles acceptent indifféremment magas et nomags dans leurs rangs en suivant une logique d'optimisation des compétences.

    L'optimisation des compétences

    La logique corporatiste des guildes aurait pu amplifier les inégalités, elle a au contraire permis une intégration réussie de ces deux groupes de population, réunis dans des objectifs communs.

    L'optimisation des compétences veut que les guildes exploitent au mieux les capacités de leurs membres en réservant notamment certaines tâches à des magas ou à des nomags. Ainsi, chacun se voit valorisé à la mesure de ses compétences.

    Hiérarchie & statuts
    La démocratie a favorisé le développement de valeurs telles que la liberté ou l'égalité. Pourtant, Gamaëlia n'a pas totalement renié son héritage historique et son passé oligarchique. Les rapports sociaux demeurent hiérarchisés, notamment lorsqu'il est question de la classe aristocratique ou de l'appartenance aux guildes.

    La classe aristocratique

    La société oligarchique gamaëlienne faisait de l'aristocratie une classe privilégiée, destinée à assumer les responsabilités étatiques. Ce système inégalitaire s'est néanmoins transformé en profondeur avec les évolutions de la société, sans pour autant renier son héritage. En effet, c'est à l'initiative même des aristocrates que les institutions se sont libéralisées, de sorte que la transition vers la démocratie s'est opérée avec un certain consensus.

    Bien qu'ils ne soient plus que de simples citoyens, les aristocrates exercent encore une influence importante dans la sphère économique et politique. Ils siègent par exemple de droit au Parlement. Ils inspirent le respect et une certaine admiration, représentant une majesté qui n'a plus lieu d'être en notre temps, mais qui nourrit encore quelques fantasmes. Or, les grandes familles aristocratiques préservent volontiers cette image.

    La plupart des gamaëliens les considèrent avec bienveillance et une certaine envie, bien que leur arrogance puisse parfois agacer. Le moindre scandale impliquant un aristocrate est vécu comme une atteinte à l'intégrité nationale. Les aristocrates ont donc le devoir d'être à la hauteur de leur réputation.

    L'appartenance aux guildes

    Certaines guildes sont mieux considérées que d'autres, de sorte que la considération portée à leurs membres s'en trouve également affectée. Ainsi, il apparaît qu'un magassionnel sera mieux considéré qu'un chasseur de prime, qu'un ryzeur d'or sera plus apprécié qu'un érudit.

    Cette particularité tient plus de l'a priori que de véritables rapports sociaux. Pourtant, il arrive bien souvent qu'un livre ne soit jugé que sur sa couverture.

    L'organisation politique
    Gamaëlia est une république régionale au sein de laquelle les guildes jouent un rôle politique important.

    La République régionale

    À la façon d'un État fédéral, les compétences étatiques se trouvent partagées au niveau national et régional. Le parlement se compose de deux chambres : la Chambre des représentants et la Chambre des aristocrates. Il vote les lois et contrôle l'action du gouvernement.

    Celui-ci est dirigé par un Président élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans. Il nomme les membres de son gouvernement et travaille avec le conseil des guildes qui réunit l'ensemble de leurs dirigeants.

    Le modèle politique gamaëlien fonctionne sur un bipartisme correspondant aux conservateurs d'une part, et aux progressistes d'autre part.

    L'importance des guildes

    Les guildes élisent leurs représentants à la Chambre des représentants. Le nombre de siège est limité en fonction de la part de la population qu'elles représentent au niveau national. Ainsi, la guilde des ryzeurs d'or y est-elle extrêmement majoritaire.

    Les dirigeants de chaque guilde siègent au Conseil des guildes qui est un organe de consultation, régulièrement réuni par l'exécutif pour faire le point sur les réformes nécessaires.

    Les petites choses du quotidien
    Il est toujours bon de savoir quelle est la situation économique d'un pays, quelles religions y sont pratiquées, ou ces petites habitudes qui perdurent.
    La situation économique

    L'économie gamaëlienne connaît une croissance stable, assez peu dynamique, mais plus en raison d'un ralentissement démographique que de problèmes structurels. Le secteur agricole et le secteur tertiaire sont les plus développés au détriment des industries. Les importations sont donc relativement importantes dans ce secteur.

    La monnaie utilisée est le ryz. Il s'agissait initialement de pièce d'or, d'argent, d'étain ou de bronze. Aujourd'hui, les pièces de monnaie sont des alliages à base de cuivre frappés par la banque nationale. Des billets sont également en circulation, fabriqués à base de coton. Les paiements par chèques sont très répandus, et ce d'autant plus qu'il n'existe pas de carte de crédit. Les gens ont l'habitude de porter une certaine somme d'argent sur eux et se rendent régulièrement à leur banque pour effectuer dépôt ou retrait.

    La religion

    Une importante majorité de la population est athéiste. La minorité restante se décrit soit comme agnostique, soit comme animiste selon une mouvance commune à Gamaëlia et à l'Ebinessa malgré quelques variantes. Autrefois, l'animisme était majoritaire et il retrouve un intérêt croissant à mesure que sont découvertes les propriétés magiques attachées à certains éléments. Les dogmes étant peu appréciés en la matière, il s'agit plus d'une philosophie de vie que d'une religion à proprement parler.


    _________________

    AGAIN
    « Non desistas, non exieris »





    CE N'EST PAS TRÈS GENTIL DE NE PAS ÊTRE TRÈS GENTIL AVEC OZ