Calme soirée... [PV Amanuella]

    avatar
    Invité
    Invité

    Calme soirée... [PV Amanuella]

    Message  Invité le Dim 12 Oct 2008 - 14:52


    [J'ai mit en privé mais si tu veux je met ouvert]



    Cela faisait maintenant un moment que Koran était arrivé à l'académie, et il s'était peu à peu habitué. Il commençait à connaître les couloirs, même si Maeg devait souvent le guider. La petite fouine dormait peu depuis qu'ils étaient arrivés. Étant un animal nocturne, elle passait une bonne partie de ses nuits à explorer les couloirs, et dormait le jour pendant que son maître se préparait ou assistait à un cours ennuyeux. Malgré cela elle ne se plaignait pas, bien au contraire, elle avait déjà repéré de nombreux endroits bien adaptés pour toutes les idées fourbes qui lui traversaient la tête. Mais elle n'en faisait que rarement part à son maître qui, pour le moment, restait relativement sage, contrairement à ses habitudes avant d'arriver dans cette académie.

    Maeg s'acharnait à lui rappeler les nuits qu'ils avaient passées ensembles à parcourir les rues à la recherche de quelques personnes à martyriser. Parmi les personnes qu'ils préféraient il y avait les enfants, qu'ils s'amusaient à effrayer avec des histoires de fantômes, Koran racontant l'histoire, et Maeg, cachée, s'occupant de mettre l'ambiance qui les feraient fuir à toutes jambes.

    Quand elle apprit que Koran était décidé à ne pas passer sa nuit dans son lit, Maeg avait enfin espéré retrouver son maître tel qu'il était vraiment. Mais avant d'aller dans les couloirs, il descendirent les escaliers pour passer des dortoirs à la salle commune.
    Seul le feu qui crépitait dans la cheminée éclairait la pièce par ses reflets lumineux, ondulants sur les murs rouge et or. La plupart des élèves étaient au lit à cette heure, fatigués par la journée de cours et les blagues trop nombreuses des joyeux Nashaoviens.

    Koran approcha de la fenêtre pour observer le ciel à travers les carreaux. La lune n'était pas pleine mais elle rendait tout de même une nuit claire et les contours du paysage étaient aisément visibles, ce qui rendait un spectacle agréable pour les yeux. Le garçon resta un moment à observer la nuit tandis que les rares élèves encore debout se faisait de moins en moins nombreux.

    * Maeg ? *

    * Hmm ? *

    * La nuit... c'est tout de même plus agréable que le jour... *

    Maeg fut agréablement surprise par le commentaire de son maître et le lui fit immédiatement savoir, grimpant sur son épaule pour caler sa tête contre celle du garçon. Lors de son ascension elle s'était assurée de ne planter ses griffes que dans les vêtements du jeune homme, évitant soigneusement de le griffer, mais ce ne fut pas un sans faute. Seulement, Koran ayant l'habitude, il ne s'en plaignit pas, si ce n'est un petit grincement de dent.

    * Je te retrouve enfin mon cher Koran, vas-tu toucher à ton bandeau cette nuit ? *

    * Il est trop tôt pour ça, je ne sais pas qui pourrait me voir, et cela pourrait être compromettant à l'avenir *

    Maeg acquiesça silencieusement et les deux amis restèrent encore un moment ainsi, savourant la beauté de la nuit, tant par ses traits que par sa dangerosité, mais ce qui la rendait si belle c'était surtout le calme qui la caractérisait. Koran ajouta alors dans un chuchotements, ne s'adressant à personne :

    - Quelle calme soirée...

    Amanuella Dowell
    Ancien membre

    Messages : 209
    Age : 26
    Métier : /end.
    Nature : /end.
    Niveau : /end.

    Re: Calme soirée... [PV Amanuella]

    Message  Amanuella Dowell le Dim 12 Oct 2008 - 18:03

    [ Moi çà me va ^^ Mais si quelqu'un veut vraiment se joindre à nous, j'y vois pas d'inconvénient non plus ^^ ]


    Enfin de retour.

    Enfin de retour en ville, enfin de retour à l'Académie. Son chez soit depuis quelques années maintenant. Cela faisait du bien de retrouver les murs réconfortants de l'établissement, le sentiment de sécurité qui en émanait malgré l'invasion de vampires de ces derniers jours. Les vampires. Ama avait toujours été fascinée par ces créatures, à l'époque où elle habitait encore sur Terre avec ses parents, son frère et sa soeur. Avant qu'elle ne découvre ses dons, cet autre monde, avant l'accident, l'époque où elle pensait encore que le surnaturel n'existait que dans les livres. Maintenant, certes, elle avait passé le cap. Elle même appris à aimer cet autre monde, malgré sa certaine insociabilité. Mais les vampires, depuis qu'elle avait eut affaire à eux à cause de ce malheureux événement dans les quartiers mal-famés de Sannom, Ama avait révisé son jugement. Elle n'éprouvait plus aucune fascination envers ces créature, juste du dégoût et une hargne profonde envers leur chef sanguinaire et complétement atteint au niveau du cerveau. Hin, leur chef. C'est marrant comment c'est fait le hasard. Vu que c'était ce dit chef qui avait libéré Ama, qui lui avait permis de quitter le quartier général de ces créatures afin de retrouver son monde à elle. Oh, il ne l'avait pas fait par gaieté de coeur. Ama n'était pas stupide. Alia avait juste chercher un moyen pour qu'elle leur serve enfin à quelque chose. Car soyons réaliste : dans leur prise, il n'y avait eut qu'Arya, la chef des Magasionelles qui avait eut de la valeur. Leïla et Ama, elles, n'étaient rien, comparé. Une ryzeuse d'or et une gamine encore élève à l'Académie, à quoi cela pouvait-il leur servir ? Malheureusement pour eux, Leïla s'était enfuie sous leur nez, permettant à Sannom de se préparer un minimum avant la première attaque offensive en masse. Ne leur restant qu'Ama, Alia avait joué ses cartes. La jeune fille n'avait pas eut d'autre choix que d'accepter. Sinon le vampire sanguinaire aurait frappé sur des innocents, tuant au hasard sans compter, abusant du point faible de la Dalavirienne. Mais cette dernière ne comptait pas s'avouer vaincue si facilement, même si elle n'avait que 15 ans et pas vraiment apte à tenir tête à une armée de vampires.

    Ama n'aurait jamais trouvé toute seule le chemin entre la forêt maudite et Sannom. Ce fut Makim, son familier, qui l'avait guidée avec son odorat dévelloppé de Léopard des Neiges. Ils s'étaient enfin retrouvés quelques kilomètres plus loin de l'endroit où Ama avait été retenue captive, et cette dernière n'avait pû s'empêcher de pleurer lorsqu'elle avait enfin pû enfuir son visage dans la fourure épaisse de son familier depuis des jours et des jours d'angoisse. Le lien unissant un humain à son familier l'avait toujours étonnée et fascinée, mais à cet instant, elle n'avait jamais autant compris ce qu'était ce lien, même si on ne pouvait mettre aucun mot dessus. La jeune fille à l'apparence si frêle et l'imposant Léopard avaient marché côte à côte en silence pendant des heures à travers une forêt froide comme la mort, à l'image des ténébres qu'elle abritait en son coeur. La lune était apparue dans les noirceurs magnifiques du ciel depuis longtemps déjà lorsque humaine et familier débouchèrent à l'air libre, chez eux, à Sannom. Libres. En apparence. Les rares personnes qui avaient encore le courage de se balader dans les rues après le coucher du solei ne firent pas attention à cette frêle adolescente aux cheveux aussi sombres que la nuit qui traversait la ville avec son félin de familier. Aucun des deux n'avaient oublié le chemin qui menait à l'Académie, même si cela faisait un certain temps qu'ils n'y avaient plus mis ni pieds ni pattes. Le sentiment de sécurité insoupçonné qui s'infiltra en Ama lorsqu'elle traversa le seuil de l'école lui permis d'oublier le lien invisible qui la retenait prisonnière, du moins pendant un moment. A cette heure-ci, personne ne traînait dans les couloirs éclairés de flambeaux. Ama espérait néanmoins ne pas tomber nez-à-nez avec un professeur. Des questions, maintenant, auraient été problématiques. Elle espérait ne rencontrer personne, du moins personne de curieux ou di'nsupportable comme un Nashaovien qui risquait de s'interroger sur son apprence. Certes, sa robe noire était juste froissée, ses longs cheveux d'ébène n'étaient pas si désordonnés vu qu'ils étaient souples de nature, mais les bleus qui perçaient sur sa peau blanche et surtout l'expression de ses yeux violets étaient suffisament explicites pour qu'on se pose des questions. Et elle ne pouvait y répondre. Elle n'en avait pas le droit. Pas le courage. Pour le moment.

    Ama se dirigea directement vers la salle commune de sa maison. La salle commune si familière, si reposante. Sur les derniers mètres, dans le couloir obscur, la jeune fille se mit même à courir. C'était étrange de vouloir à tout prix retrouver un endroit familier, comme pour se prouver que tout ce qu'elle avait vécut n'avait été qu'un horrible cauchemar, qu'ici, elle ne risquait plus rien. Elle savait que c'était faux, mais cette impression était bel-et bien là quand même. Arrivée, Ama posa une main tremblante sur la poignée, pour ensuite ouvrir subitement et violemment la porte d'entrée de la salle commune, provoquant un fracas monumental qui ne pouvait pas passer inaperçu ( elle ouvre violemment la porte au moment où Koran remarque que c'est une soirée calme, tu vois l'astuce xD ). Oui, elle avait parfois des réactions étranges, notre chère Ama. Celle-ci resta un instant figée sur le seuil, embrassant de son regard d'améthyste la piéce aux allures de noble salon italien. La pièce qu'elle connaissait. Où elle avait passée de nombreuses nuits à observer les étoiles, à défaut de perdre son temps à dormir. Elle était chez elle. Makim attendait patiemment à côté de sa jeune maîtresse, sans bouger, compréhensif. Il avait bien entendu remarquer la présence de quelqu'un d'autre dans la pièce. Ses yeux vairons se posèrent sur la fuine, familier du garçon assis sur un des fauteuils. Il hésitait à entamer un dialogue, vu dans la situation où était son humaine. Il la surveillait d'ailleurs du coin de l'oeil, alors qu'elle refermait enfin la porte derrière elle, plus doucement cette fois, avant de faire quelques pas en avant, les yeux volant de gauche à droite. Ama se sentit rassurée, sur le coup. La fatigue arriva aussi subitement. Les contre-coups de sa séquestration arrivaient, petit à petit. Mais il n'était pas temps de s'en souçier. La Dalavirienne remarqua alors enfin la présence d'un garçon et de son familier dans la pièce. C'est vrai, elle avait oublié. Entre temps, la nouvelle année scolaire avait été mise en place, de nouveaux élèves étaient arrivés. Elle allait devoir suivre de nouveaux cours ... Etrange comme cette banalité paraissait surnaturelle. Tout occuppée à ses pensées, Ama continuait néanmoins de fixer le garçon, ce qui devait la faire paraître plus étrange encore suite à son arrivée bruyante. On allait la prendre pour une folle, ou encore pour une mal-élevée. Au choix. La jeune fille n'avait même pas encore pris de décision, à savoir si elle allait parler ou non aux autres quitte à les mettre en danger, lorsqu'elle ouvrit soudainement la bouche pour lâcher un simple et machinal :


    - Bonsoir.

    Pourquoi un mot aussi basique lui paraissait-il comme un mot étranger dans sa bouche ?
    Bon, et bien au moins avait-elle franchi un premier pas dans la direction de son avenir.
    Elle ne pouvait plus fuir, de toutes façons.


    _________________

    Personnage retourné sur Terre.
    [ N'est plus joué ]


    Spoiler:
    Ama-Dracula Powaaaa !

    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Calme soirée... [PV Amanuella]

    Message  Invité le Dim 12 Oct 2008 - 20:42

    - Quelle calme soirée...

    Le bruit soudain et impressionnant de la porte fit sursauter le garçon. Son cœur avait soudain accéléré la cadence, mais il n'en fit rien remarquer, restant calme, faisant confiance à Maeg, il attendait de s'être calmer avant de se retourner. La fouine, elle, observait de ses petits yeux ronds les deux silhouettes qui se dessinaient peu à peu sous la lumière du feu qui commençait à faiblir, personne n'avait pensé à remettre du bois, mais là n'était pas le sujet. Maeg vit se dessiner les traits d'une élève, du moins c'est ce qu'elle pensait en voyant la longueur des cheveux, mais elle ne s'attarda pas sur elle. Ce qui attira le plus son regard c'était le familier, un magnifique léopard des neiges. Magnifique ? Les pensées de Maeg étaient bien loin d'un tel compliment.

    * Encore un gros familier, un gros tigrounet qui ferait qu'une bouchée de moi... raaaah ! J'en peux plus de ces grosses bêtes !*

    Vexée dans son ego, la petite fouine descendit de l'épaule de son maître pour aller se fourrer sur un fauteuil à part, plantant soigneusement ses griffes dans un coussin qui y trainait, imaginant qu'il s'agisse d'un énorme animal.

    Son cœur ayant reprit une cadence "normale", Koran commença à se retourner, observant Maeg du coin de l'œil, il finit par apercevoir les deux perturbateurs. Au contraire de son familier, Koran observa rapidement l'animal qui ne pouvait être que le familier de la jeune femme. Son pelage semblait lisse et agréable au touché, c'était un bel animal, comme beaucoup de familier. Malgré tout Koran avait une préférence pour les familiers à poils, beaucoup plus agréables à caresser que des écailles ou des plumes à son goût.
    Il leva alors les yeux vers la jeune femme, enfin, "les yeux" c'est beaucoup. Seul son œil gauche, d'une couleur bleu ciel, se posa sur la jeune femme, son autre œil étant étrangement couvert par un bandeau qui empêchait le contact visuel autant dans un sens que dans l'autre. Il observa longuement la jeune femme, ne pouvant percevoir distinctement l'état physique dans lequel elle était réellement, la luminosité se faisant manquante. Il finit par croiser le regard de la jeune femme, qui semblait le fixer avec attention. Elle n'avait pas dû s'attendre à voir quelqu'un à cette heure de la nuit sans doute, et cela confirma les paroles de Koran envers sa fouine : Il y avait bien des gens encore debout à cette heure. Mais après tout, peut-être était-elle simplement étonnée que ce garçon soit le seul dans cette pièce après son entrée fracassante. Quelle que soit ses raisons elle fixait Koran sans dire mot et celui-ci soutint son regard en silence aussi.


    - Bonsoir.

    Bonsoir ? C'est tout ce qu'elle trouvait à dire ? Au moins elle avait bien un caractère qu'on pouvait qualifier de Dalavirien. Après tout elle n'avait aucune raison de se justifier, des raisons devaient exister mais cela ne la concernait qu'elle. Koran n'estima donc pas nécessaire de s'attarder sur son entrée. Il s'attarda plutôt sur le fait qu'il ne l'avait encore jamais vue dans la salle commune. En soi ce n'était pas un fait anormal, mais sa nature parfois curieuse le poussa à ne pas se limiter au simple "bonsoir", ainsi :

    - Bonsoir, je vois que je ne suis pas le seul à m'attarder dans l'école une fois la nuit tombée.

    Il hésita un instant, il avait l'habitude de ne jamais dévoiler son identité à un inconnu, il demandait d'abord l'identité de la personne, pourtant là il sentait comme un sentiment d'insécurité chez la jeune femme, il ne saurait s'expliquer pourquoi mais l'expression de son visage lui indiquait qu'il pourrait faire une exception.

    - Moi c'est Koran, Koran Azert pour être précis, et la petite fouine là - il désigna l'animal d'un signe de la tête - c'est Maeg. Avec qui ai-je l'honneur de discuter si tard dans la nuit ?

    Maeg remarqua aussitôt que les habitudes de son maître avaient changées. D'habitude froid et peu bavard, là il s'était présenté et avait enchainé un nombre de mots bien plus important qu'il ne le faisait en temps normal. Elle avait pourtant cru que son ancien maître revenait, mais au contraire cette académie le changeait de jour en jour, et c'est une chose qui commençait à angoisser l'animal qui ne pouvait plus prédire ses réactions, ayant l'impression de perdre son maître.
    Elle croisa alors le regard du léopard et recommença à passer ses nerfs sur le coussin, qui faisait office de gros animal et de Koran, ou du moins le "nouveau Koran".
    Le garçon justement ne faisait pas attention à la fouine, il fixait la jeune fille de son oeil gauche silencieusement, attendant une réponse quelconque, même si la réponse se résumait à une fuite en direction des dortoirs...
    7

    Edit Arya : Tu t'appelles Koran Ason maintenant ? Je croyais que c'était Azert ^^

    Rep Koran : Confusion avec un autre forum... désolé c'est corrigé.


    Dernière édition par Koran Azert le Mer 15 Oct 2008 - 23:07, édité 1 fois

    Amanuella Dowell
    Ancien membre

    Messages : 209
    Age : 26
    Métier : /end.
    Nature : /end.
    Niveau : /end.

    Re: Calme soirée... [PV Amanuella]

    Message  Amanuella Dowell le Mer 15 Oct 2008 - 14:30

    - Bonsoir, je vois que je ne suis pas le seul à m'attarder dans l'école une fois la nuit tombée.

    Ama se contenta d'hocher platement la tête. Piètre réaction, mais que voulez-vous. Elle avait l'impression que son cerveau allait exploser à cause du fourmillement de pensées qui s'entrecochaient dans son esprit. Dans sa situation, était-il vraiment prudent de parler à quelqu'un ? Tout ceci se passait décidement trop vite, elle n'avait pas eut le temps de prendre une décision, de réfléchir calmement et posément au problème, à savoir si elle allait oui ou non faire semblant de mener une vie normale ou si elle allait au contraire s'exiler elle-même. Non, elle ne pouvait pas fuir, il ne lui restait plus qu'à attendre. Mais était-ce une bonne chose ? Etait-ce ce qu'elle voulait ? Que pouvait-elle faire ? Quitter l'Académie et fonçer dans le tas, histoire d'effectuer un acte héroïque avant de mourir ? Peut-être ... Mais il faudrait être sûr que cela serve bien à quelque chose. Quitte à mourir, autant mettre des bâtons dans les roues aux ennemis. Qui s'appellaient pour le moment vampires. Incroyable comme ce mot également sonnait faux dans un endroit comme l'Académie. Comme si ce qui se passait à l'intérieur et à l'extérieur de ces murs étaient deux mondes radicalement différents. La voix de l'autre Dalavirien tira Ama du fouillis de ses pensées, la ramenant brutalement au moment présent.

    - Moi c'est Koran, Koran Azert pour être précis, et la petite fouine là, c'est Maeg. Avec qui ai-je l'honneur de discuter si tard dans la nuit ?

    La jeune fille aux cheveux noirs le regarda de nouveau sans rien dire, une expression hésitante clairement affichée sur son visage pâle. Hésitante. Oui, elle hésitait. Cruellement, même. Elle n'avait pas le temps de réfléchir, elle ne s'était pas préparée ... Mais elle était à l'Académie. Elle était hors des griffes d'Alia et de ses sbires, pour le moment. Elle ne devait pas mettre en danger les autres en leur parlant, non ? Peut-être, peut-être pas ... Elle ne savait pas. Mais elle ne pouvait pas hésiter pendant une éternité. Ce fut lorsque sa main gelée effleura le pelage doux de Makim que la solution, peut-être temporaire certes, mais solution quand même, lui parvint enfin. Cela ne servait à rien de tourner et retourner un problème qu'on ne pouvait résoudre dans sa tête, elle n'arriverait à rien. Il était temps de faire un pas en avant. Vers l'avenir. La jeune fille s'avança donc vers l'arc-de-cercle que formait les fauteuils autour de la cheminée, suivie de son Léopard des neiges soulagé. Alors qu'Ama se laissait tomber sur un fauteuil face au dénommé Koran, Makim s'asseyait avec souplesse au pied du dit-fauteuil.

    - Hum ... Moi, c'est Ama.

    Décidée à laisser le reste de côté pour s'intéresser pleinement au moment présent, la jeune fille redressa la tête pour fixer son camarade de maison dans les yeux, ce qui lui semblait plus poli, du moins de son point de vue. Elle remarqua alors le bandeau sur l'oeil droit du garçon, ce qui assez curieux il fallait avouer. Mais Ama n'était pas déplacée non plus, et elle préféra continuer sur sa lançée :

    - Amanuella Dowell, pour être exact, mais je crois que je préfères qu'on m'appelle Ama.

    Et bien, parler normallement ne se révélait pas si insurmontable que cela, en fin de compte. Tant mieux. La Dalavirienne ajouta ensuite, désignant le Léopard des neiges d'un geste du menton :

    - Et lui, c'est Makim.

    ~ Dis-lui que je suis enchanté. ~

    - Il dit qu'il est enchanté.

    Le Léopard ronronna de satisfaction, et s'autorisa à laisser ses yeux vagabonder d'un bout à l'autre de la pièce. Ama fit de même un instant, profitant d'un instant de silence. Avisant le feu de la cheminée qui ne demandait qu'à être ravivé, elle fixa intensément l'âtre et murmura :

    - Rallumes-toi.

    D'un coup, de grandes flammes rougeôyantes s'élevèrent, apportant une douce vague de chaleur dans la pièce. Ce sort, Ama l'avais appris lors de sa première année. Pour les sorts basiques, elle ne s'encombrait pas de formules anciennes, elle se contentait de donner un ordre, ce qui se faisait assez courament. Pour d'autres, elle éprouvait plus de facilité en se servant d'un ancien langage oublié qu'on enseignait ici. D'ailleurs, il était peut-être préférable de rester à l'Académie, tout compte fait, au lieu de fuir elle ne savait où. Après tout, son objectif premier avait été d'apprendre des sorts, d'acquérir de la puissance pour retourner ensuite sur Terre, pour aider Sora et Gadriel. Il serait bête de tout abandonner maintenant. Elle ne pouvait pas se montrer faible, pour eux. Apaisée sur ce point, Ama relâcha la pression de ses épaules, continuant de fixer l'antre orangée de la cheminée qui répandait une agréable sensation de chaleur dans la salle commune.

    [ La fin est pas géniale, pardon -.-" ]


    _________________

    Personnage retourné sur Terre.
    [ N'est plus joué ]


    Spoiler:
    Ama-Dracula Powaaaa !

    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Calme soirée... [PV Amanuella]

    Message  Invité le Dim 19 Oct 2008 - 13:19

    [Pas de souci, t'inquiète dont pô. Et désolé d'avoir tardé pour répondre j'aurais pu faire ça plus tôt...]


    - Moi c'est Koran, Koran Azert pour être précis, et la petite fouine là, c'est Maeg. Avec qui ai-je l'honneur de discuter si tard dans la nuit ?

    Après cette phrase, Koran avait fixé la jeune fille. Elle semblait hésitante, les pensées un peu ailleurs. Il ne l'avait jamais vue ici et peut-être y avait-il une raison plus grave, ou du moins plus importante que le simple hasard, qui les auraient empêchés de se croiser avant. Mais il s'était déjà dit qu'il ne lui poserai pas de questions, pourtant sa curiosité se faisait de plus en plus grande. Il continuait de l'observer, presque impoliment tant il l'a fixait, lorsqu'elle répondit enfin.

    - Hum ... Moi, c'est Ama.

    Après ces quelques mots il pû enfin croiser le regard de la jeune femme. Malgré le manque de lumière il distingua la couleur de ses yeux, violets. Il n'en avait jamais vu d'une telle couleur, mais ce n'était pas un détail qu'il trouvait étrange pour autant. Après tout, depuis qu'il avait découvert la magie il avait apprit à ne plus s'étonner de beaucoup de choses.
    D'un autre côté, cela leur donnait un point commun, car tout deux avaient un regard différent. Peut-être était-elle la seule à avoir des yeux d'une telle couleur ?
    Finalement, même s'il ne s'étonnait pas de grand chose, Koran gardait une nature très curieuse, mais il gardait souvent ses questions pour lui malgré tout.


    - Amanuella Dowell, pour être exact, mais je crois que je préfères qu'on m'appelle Ama.
    - Et lui, c'est Makim.
    - Il dit qu'il est enchanté.

    Koran prit le temps de regarder le Léopard, lui faisant un signe de tête pour le saluer. Il ramena alors son regard à la jeune fille qui fixa la cheminée avant d'ordonner :

    - Rallumes-toi.

    La lumière qui baigna soudain la pièce surprit Koran, et plusieurs infos lui vinrent. La première était le fait que la jeune fille était bien plus expérimentée que lui, elle devait être en deuxième ou troisième année sans doute. Mais après cette remarque il constata que son apparence ne collait pas. Elle semblait plus jeune que lui. D'un côté c'était probable, l'entrée dans l'école peut se faire plus tôt que lui n'y était entrée. Et puis certaines personnes paraissent plus jeune que leur âge parfois.
    Hormis ces petits détails, la lumière lui apporta surtout une vue plus claire sur son visage et sa peau. Elle semblait tout droit sorti d'une journée de randonnée dans un milieu escarpé, sans qu'aucune magie ne l'ai aidée à soigner ses nombreuses égratignures et ses bleus. Les hypothèses se multipliaient rapidement dans la tête de Koran, ce n'était pas le hasard qui était responsable du fait de ne jamais l'avoir vue. Il en était sûr maintenant. Son regard la dévisageait entièrement, cherchant un quelconque indice, une explication à cet état, mais il n'était pas encore très cultivé en matière de magie. Et par dessus tout il n'était même pas au courant que les vampires étaient le sujet de nombreux problèmes par les temps actuels. Il aimait la nuit et ne se doutait pas qu'elle refermait tant de danger pour lui. Lui qui se sentait pourtant en sécurité dans l'obscurité. Koran décida alors de mettre de côté toutes ces questions pour répondre à la jeune fille. Peut-être expliquera-t-elle d'elle même ce qui lui était arrivée...


    - Enchanté de te rencontrer. Je vois que tu es déjà expérimentée en matière de magie, tu es en quelle année ?

    Parler aussi normalement semblait tellement étrange pour Koran, face à une mine aussi fatiguée. Finalement peut-être qu'elle souhaitait parler de ce qui lui était arrivé. Sans compter le fait que son visage, presque enfantin, donnait envie de la protéger. Koran ne savait pas vraiment quoi faire. S'il lui posait des questions elle pourrait être embarrassée, ou même effrayée. Et d'un autre côté, peut-être n'attendait-elle que cela. Il voulut demander conseil à Maeg mais lorsqu'il croisa son regard ennervé et aperçu le cousin qui ne ressemblait plus à rien, il abandonna tout de suite l'idée. Attendons sa réponse... peut-être s'engagera-t-elle d'elle même, ou peut-être qu'un quelconque signe pourrait lui faire comprendre s'il devait agir ou non. Koran resta alors attentif aux gestes et paroles de la jeune fille.

    Amanuella Dowell
    Ancien membre

    Messages : 209
    Age : 26
    Métier : /end.
    Nature : /end.
    Niveau : /end.

    Re: Calme soirée... [PV Amanuella]

    Message  Amanuella Dowell le Dim 19 Oct 2008 - 17:39

    - Enchanté de te rencontrer. Je vois que tu es déjà expérimentée en matière de magie, tu es en quelle année ?

    Ama leva les yeux de l'antre de la cheminée pour les poser sur le dénommé Koran, qui venait de lui poser la question.
    En quelle année elle était ? Ouh là, c'était assez problématique en vérité. En fait, si elle suivait parfaitement bien le protocole, elle était en troisième année. Et bien la seule. Tous les élèves de sa promotion avaient tous atteints 16 ans, et en conséquent, ils avaient tous quitté l'Académie. De plus, Ama n'avait pas été présente à cette nouvelle rentrée scolaire. En bref, elle ne savait pas si on allait la changer d'année, la mettre avec les autres, vu qu'elle était la seule de troisième année. Certes, elle aurait plus de connaissances, mais Ama aimait combler ses connaissances toute seule de son côté. Elle devrait aller s'entretenir avec le nouveau directeur à ce propos. Elle répondit donc avec un haussement d'épaules.


    - Je suis censée être en troisième année. Mais comme je suis la seule, je suppose que le directeur me fera intégrer une autre classe. Il faudra que j'aille me renseigner.

    En effet. Peut-être même dès le lendemain. Oui, il faudrait bien qu'elle retourne en cours, un jour ou l'autre ... Et le plus tôt serait le mieux, d'ailleurs. De plus, la jeune fille n'était pas du genre à s'offrir des journées de repos à se prélasser dans son lit sous prétexte qu'elle débarquait d'un QG de vampires où elle avait été retenue prisonnière. Cela pouvait paraître bête dit comme cela, mais c'était la vérité. La perspective de reprendre aussi vite une vie normale, où les routines se succédaient, avait de quoi l'inquiéter. Ce serait peut-être difficile de s'y faire, ou au contraire d'une simplicité déconcertante. Seul le temps le dirait. Elle se rendrait compte bien assez vite du résultat. Se lever le lendemain, pour aller prendre son petit-déjeuné avant de suivre le reste des élèves pour les premières heures de cours ... Cela semblait si étrangement normal. Ama n'aurait sû dire si elle était pressée de replonger dans cette impression ou au contraire si elle aurait préféré retarder ce moment. Peut-être qu'après une bonne nuit de sommeil, elle y verrait plus clair. Si elle arrivait à dormir, du moins. Après tout, dormir dans un lit lui paraîtrait aussi déplacé que de se rendre en cours comme si de rien n'était. Bah, elle verrait bien plus tard. Quand elle aurait le courage de monter dans le dortoir. Ama se mit à tripoter un pli de sa robe noire d'un air absent, affichant de nouveau un regard vague. Ce fut Makim qui la rappella à l'ordre gentiment mentalement, après l'avoir laissée ruminer pendant quelques secondes. Pour le léopard, la politesse était de mise en toutes circonstances. Ce que sa jeune humaine avait parfois tendance à oublier. Revenant sur Terre, ou plutôt sur Gamaëlia, la Dalavirienne se passa une mêche de ses cheveux sombres derrière son oreille en un geste gêné, avant de reprendre la parole et de retourner la première question au garçon :

    - Et toi ? Tu es en première année ?

    D'habitude, Ama ne s'intéressait jamais à la vie des autres. Bien avant, cela lui était même parfaitement égal. Aujourd'hui, elle n'avait pas acquit plus de curiosité, elle essayait juste de se montrer polie et de faire la conversation. Comme elle n'avait pas envie de parler d'elle, une chose qui l'avait toujours caractérisée dans la mesure où elle ne s'était jamais confiée à qui que ce soit, si elle ne posait pas des questions, le silence reviendrait bien vite pour s'épaissir. Pas qu'il soit forcément déplaisant, mais garder le silence continuellement serait fort malpoli. Bref, au lieu de se torturer l'esprit pour un rien, Ama préférait profiter pleinement de cette rencontre. Histoire de retrouver une certaine vie sociale. Elle espérait juste que Koran ne si'nterrogerait pas sur ses bleus. Le lendemain, elle pourrait les cacher avec des vêtements, mais ce soir, elle avait été prise de cours. Elle devrait faire avec. Au pire, elle mentirait. Comme si elle pouvait dire la vérité, de toutes façons. Peut-être un jour, mais pour le moment, elle ne changeait pas, elle pensait pouvoir se débrouiller toute seule. Mais elle se trompait. Tout le monde avait besoin d'aide un jour ou l'autre. Elle le savait, mais elle restait fidèle à elle-même, problèmes ou pas.


    _________________

    Personnage retourné sur Terre.
    [ N'est plus joué ]


    Spoiler:
    Ama-Dracula Powaaaa !

    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Calme soirée... [PV Amanuella]

    Message  Invité le Lun 3 Nov 2008 - 14:51

    - Je suis censée être en troisième année. Mais comme je suis la seule, je suppose que le directeur me fera intégrer une autre classe. Il faudra que j'aille me renseigner.

    Troisième année, elle devait avoir des connaissances assez larges en matière de magie dans ce cas. Mais d'après son visage Koran l'aurait plutôt crût en deuxième année, il avait bien fait de poser la question, et ça permettait de meubler la conversation. Meubler la conversation ? Et oui car les deux élèves étaient dalaviriens, et ils en avaient le caractère, ce qui pouvait mener à de longs silences. L'élève à l'œil couvert chercha alors quoi ajouter, car la discussion pourrait se terminer ainsi, et ils iraient alors chacun dans leur dortoir. Mais il mourrait d'envie de lui poser des questions, et s'il était trop brutal, il n'aurait alors aucune réponse. Finalement, il n'eût pas à chercher plus longtemps car la jeune élève reprit la parole après quelques réflexions silencieuses.

    - Et toi ? Tu es en première année ?

    Il est vrai que la conclusion n'était pas bien dure à faire, il n'avait pas du tout l'air expérimenté, et n'avait aucune connaissance du niveau quelle pouvait avoir pour lancer ce sort. C'était sans doute quelque chose qu'elle avait apprit à maitriser en première année au vu de son utilité quotidienne.

    - Exact, je suis bien en première année, mais il faut bien commencer quelque part...


    Sa phrase n'était pas plus constructive que les précédentes, et le dialogue, s'il restait si plat, risquait de devenir fatiguant pour la jeune fille, et pour lui même. D'un air distrait, comme pour s'occuper, il rapprocha ses amins et entrecroisa ses doigts, réfléchissant à nouveau à ce qu'il allait dire. Il hésita longtemps entre deux possibilités. Soit il continuait dans la lancée, et prolongeait la discussion calme et sans grand intérêt qui avait débutté depuis quelques minutes, au risque de s'ennuyer. Soit il décidait enfin de s'intéresser à elle, et à lui montrer son intérêt par des questions plus personnelles. Des questions qui concerneraient surtout son état, les raisons pour laquelle il ne l'avait pas encore vue. En somme, laisser libre cours à sa curiosité, en se préparant lui-même à faire face peut-être à cette même curiosité. Finalement, il décida d'arrêter la discussion calme, et tenta une question plus indiscrète et curieuse, au risque de perdre rapidement son interlocutrice.

    - Excuse-moi ma curiosité, mais j'avoue m'inquiéter un peu de voir une élève dans cet état, si tard le soir... tu as eu des soucis ?

    Ce n'était pas forcément très bien formulé, mais Koran n'avait pas trouvé mieux pour rester le plus poli possible, et le moins indiscret. En réalité, perdu dans son petit coin de campagne, il n'était pas au courant de l'actualité, et même après son arrivée à l'académie, il n'était pas plus au courant. Les vampires dont tout le monde parlait, lui il ne se doutait en rien de leur présence, et il continuait d'admirer la nuit comme auparavant. Comment aurait-il pu imaginer un instant que ce soit la cause de l'état de cette jeune fille. Il pourrait ne même pas y croire si elle lui annonçait la vérité...

    De son côté, la petite fouine s'était calmée et s'interessait doucement à la conversation, qui prenait soudain une tournure qui pourrait être interessante et qui méritait toute son attention. Elle fit savoir à son maître qu'elle était là, et disponible, en un petit signe mental. Aucune parole n'était nécessaire, elle s'était contenté de lui faire part de sa présence, et le garçon lui jeta un rapide coup d'oeil qui motrait bien qu'il avait reçu son message.

    Il regardait la jeune fille, veillant à laisser son regard visible. Il se trompait peut-être, mais il pensait préférable de lui montrer son regard, de la fixer, comme un signe "d'honnêteté", plutôt que de défiler son regard, comme s'il fuyait. Pour lui, un regard fuyant s'apprentait aux mensonges, à la peur et tout ces sentiments de faiblesse. Mais outre son regard fixe, il essayait, autant qu'il le pouvait, d'avoir un air amical, pour la mettre en confiance, et recevoir, du moins il l'espérait, une réponse de sa part.

    Amanuella Dowell
    Ancien membre

    Messages : 209
    Age : 26
    Métier : /end.
    Nature : /end.
    Niveau : /end.

    Re: Calme soirée... [PV Amanuella]

    Message  Amanuella Dowell le Mar 4 Nov 2008 - 18:29

    - Exact, je suis bien en première année, mais il faut bien commencer quelque part...

    Ama opina en silence, hochant la tête.
    Bien entendu, il fallait bien commencer quelque part. De toutes façons, les années ne comptaient pas vraiment car les âges des élèves selon les années d'études étaient complétement aléatoires. On pouvait par exemple tout aussi bien trouvé une fillette de 12 ans et un garçon de 15 ans dans la même classe. Au départ, la jeune fille avait trouvé cela étrange. Evidemment, puisqu'elle venait de la Terre. Et en Angleterre, comme presque partout dans son monde natal, on était plus strict à ce niveau-là et les années réunissaient des personnes du même âge. En arrivant à 12 ans dans cette Académie, elle s'était alors attendue à avoir dans sa classe des élèves de son âge, évidemment. Nada. A dire vrai, elle avait été une des plus jeunes, ce qui explique pourquoi elle se retrouve la seule de son année encore ici. Mais bon. En vérité, elle ne s'était pas vraiment attachée aux autres durant ses trois années d'études, à part une ou deux exceptions. Alors elle pourrait tout aussi bien être en première année elle aussi. De toutes façons, en cours, ils seraient sûrement tous mélangés. Ama eut une légère grimace en se souvenant subitement que les deux uniques maisons étaient également mélangées durant les cours. Dalaviriens et Nashaoviens. Ama ne haïssait pas vraiment cette dernière maison, mais elle avait un peu de mal avec les mines constamment réjuies et l'exubérance de ses élèves. Enfin, peut-être que cela changerait cette année. Peut-être seraient-ils plus calmes. Le feu crépitait agréablement dans l'antre de la cheminée, les paupières du léopard des neiges étaient mi-closes. Même s'il donnait l'impression de somnoler, il n'en était rien. La preuve : lorsque Koran reprit la parole, le Familier rouvrit instantanément les yeux, sans pour autant bouger un millimètre de son corps de félin.


    - Excuse-moi ma curiosité, mais j'avoue m'inquiéter un peu de voir une élève dans cet état, si tard le soir... tu as eu des soucis ?

    Ama ne bougea pas non plus.
    Elle ne répondit pas tout de suite, vous pouvez vous en douter. Elle resta immobile, en continuant de fixer l'autre Dalavirien, et se mit à chercher vainement une sortie de secours dans son esprit embrumé. Hum. Plusieurs possibilités. Se lever, sans un mot, et rejoindre les dortoirs, ce fut la première solution que la jeune fille envisagea. Pratique, efficace mais ... non. Ce serait mal poli et ce n'était pas la meilleure solution pour éviter qu'on se pose des questions sur son compte. Hin, mais une question sur son compte, on s'en posait une justement. Bah, à dire vrai, elle aurait dû le prévoir. Elle si elle se serait trouvéeen pleine nuit en face d'un élève pleins de bleus quelques années plus tôt, elle aurait réagi exactement de la même façon que Koran. Donc elle ne pouvait pas en vouloir à ce dernier de poser la question. Dur. Autre possibilité ? Dire la vérité ? Non. Ce serait du suicide qu'essayer de doubler Alia. Pas maintenant du moins. Alors dire la vérité ... en partie ? Dur. Mentir ? Cà pourrait se retourner contre elle. Rah, décidemment. Ama ferma les yeux un court instant. Bon, et bien, elle ne voyait pas vraiment quoi faire d'autre que de raconter une partie de la vérité. Une toute petite petite partie ... Elle rouvrit les yeux, poussant un soupir intérieurement, et répondit enfin d'un ton qu'elle voulut indifférent, sans grand succés :


    - Oh, ce n'est rien.

    Bien sûr.
    Ama eut cependant l'intelligence de ne pas s'arrêter là, car cela aurait été sinon trop flagrant. Une idée lui vint à l'exprit, qui aurait pû tout à fait s'avérer exacte dans d'autres circonstances :


    - C'est juste que les vampires n'appréçient pas trop qu'on se balade la nuit. Le couvre-feu, tu vois ?

    Effectivement, Ama avait entendu parler de cette histoire de couvre-feu, récemment instaurée par messieurs les vampires. Cette nuit, elle avait eut de la chance de ne tomber sur aucun d'entre eux alors qu'elle arpentait les rues de la ville afin de rejoindre l'Académie. Ou non, et si plutôt ... Oui, avec du recul, Ama se demanda soudain avec un vague dégoût si Alia n'avait pas prévenu sa garde qu'une frêle adolescente aux cheveux noirs passerait dans la ville ce soir-là et qu'il faudrait la laisser passer. Cela paraissait tout à fait plausible. Fort possible. Mais bon, il n'empêche que les habitants de Sannom se devaient de respecter ce stupide couvre-feu, donc Ama n'aurait qu'à dire qu'elle s'était enfuie dans la forêt pour échapper à ces créatures et qu'elle avait réussi à atteindre l'Académie in-extremis. Un peu tiré par les cheveux, mais il y avait des chances que la plupart des élèves ne connaissent pas les réelles capacités des vampires. On croirait donc à son histoire. Bien sûr, Ama ne se doutait pas que le Dalavirien en face d'elle ignorait tout de la présence forcée de ces créatures ...


    _________________

    Personnage retourné sur Terre.
    [ N'est plus joué ]


    Spoiler:
    Ama-Dracula Powaaaa !

    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Calme soirée... [PV Amanuella]

    Message  Invité le Mar 4 Nov 2008 - 22:51

    La jeune fille mit un certain temps avant de répondre, comme à son habitude conclut Koran. En effet, malgré la discussion elle semblait dans les nuages sans arrêt. Mais il fallait bien avouer que lui non plus n'était pas toujours très rapide dans ses réponses. La discussion aurait pu se traduire par une partie d'échec. L'idée était un peu tordu, mais du point de vue de Koran, c'est se qui se passait. Il réfléchissait avant de parler, essayant de prévoir à l'avance ce qui découlerait de ses paroles, comme s'il voulait prévoir les coups de son adversaire. Encore fallait-il savoir quel était le prix de la victoire, et combien de temps ce jeu allait durer, c'était la seule chose qu'il ne pouvait prévoir. Finalement, prit dans ses propres réflexions un peu trop imaginatives, il fût interrompu par la dalavirienne qui lui apportait sa réponse.

    - Oh, ce n'est rien

    Comme il y avait pensé, elle avait finalement décidé de contourner le sujet. Il n'aurait pourtant pas insisté et aurait gardé le silence, ce n'était pas ses affaires, mais elle reprit :

    - C'est juste que les vampires n'appréçient pas trop qu'on se balade la nuit. Le couvre-feu, tu vois ?

    Les vampires ? Dans un monde pareil, bien sûr, Koran avait déjà entendu parler de ces créatures, il avait entendu et lu plusieurs histoires à leur propos et savait de quoi ils étaient capables. En un sens, il les admirait, ces créatures de la nuit étaient cruelles et terrifiantes, et lui-même appréciait la nuit, et n'était pas du genre guilleret. D'un autre côté, il les craignait largement, il appréciait la nuit mais savait très bien que face à une telle créature, il ne ferait sûrement pas le malin.
    Mais outre son avis sur les vampires, il ne savait pas qu'ils peuplaient la ville actuellement, et cru d'abord à une blague de la dalavirienne. Mais avant de répondre il utilisa un instant sa tête. Se remémorant le début de la soirée, son arrivée, son air effrayé, les traces sur son corps. Ce n'était peut-être pas une blague finalement, et après tout il n'avait pas pris le temps de lire un seul journal depuis qu'il était arrivé en ville. Mais ce n'était pas tout, la fille face à lui venait de lui parler d'un couvre-feu, la dernière fois qu'il avait entendu ce mot, il n'était encore qu'un enfant, quoi qu'il ne soit pas pour autant un adulte maintenant, mais il avait bien grandit depuis.
    C'est donc avec une mine étonnée et préoccupée qu'il répondit à Ama :


    - Les vampires ? Tu veux dire par là que ce sont des vampires qui t'ont fait ça ? ... Mais... où as-tu bien pu rencontrer des vampires ?

    Koran montrait largement son ignorance en la questionnant. Son air, généralement impassible, était surtout très inquiet par cette nouvelle, même si les histoires qu'il avait entendu aportaient des visions plus ou moins différentes, les vampires restaient en général des créatures puissantes, et s'il y en avait qui rodaient dans les environs, l'endroit était donc dangereux.
    Il y avait aussi cette histoire de couvre-feu qui l'intriguait, il n'avait rien demandé pour le moment car il ne voulait pas l'assaillir de questions, et puis c'était sans doute moins important que les vampires. De toute façon il n'avait aps sommeil, et avec la tournure que prenait cette discussion, il était sûr que s'il avait eu sommeil, il aurait vite oublié la fatigue.

    Amanuella Dowell
    Ancien membre

    Messages : 209
    Age : 26
    Métier : /end.
    Nature : /end.
    Niveau : /end.

    Re: Calme soirée... [PV Amanuella]

    Message  Amanuella Dowell le Ven 14 Nov 2008 - 8:44

    Rêvait-elle ou Koran affichait-il une mine surprise et stupéfaite à ce qu'elle venait de dire ? Ama resta un instant interdite, se demandant où est-ce qu'elle avait fait une erreur. Il était peut-être étonné de savoir qu'elle avait échappé à des vampires. Hum, peut-être s'était-elle trompée, peut-être avait-elle visé trop haut. Peut-être que des gens ici étaient bien conscients des réelles capacités de ces créatures. Ama se mordit la lèvre, se demandant si elle ne ferait pas mieux de retirer ses paroles pour dire quelque chose de plus plausible. Visiblement, son histoire ne collait peut-être pas si bien qu'elle ne le pensait ... Mais Koran prit la parole, et les conclusions de la Dalavirienne s'avérèrent fausses.

    - Les vampires ? Tu veux dire par là que ce sont des vampires qui t'ont fait ça ? ... Mais... où as-tu bien pu rencontrer des vampires ?

    Ce fut au tour d'Ama de rester interdite.
    Elle ne comprenait pas l'étonnement de Koran. Pourquoi semblait-il si étonné que ce soient des vampires qui aient fait çà ? Serait-il possible que ces créatures se montrent courtoises dans les rues de la ville ? Non, n'importe quoi. Beaucoup d'habitants devaient hésiter à sortir dehors en sachant qu'ils avaient de grandes chances de croiser au moins un vampire au bout de quelques pas sur le sol pavé. Et puis, son histoire tenait la route, non ? Si quelqu'un ne respectait pas le couvre-feu, Ama n'avait aucun mal à imaginer les punitions qu'on infligerait à cette personne. On ne le laisserait pas s'en tirer. Ama ne connaissait ces créatures que très peu, mais elle était au moins sûre de cela. Les vampires n'étaient pas pacifiques. Elle commença donc par répondre aux premières questions de Koran d'un ton hésitant, regardant son interlocuteur en haussant les sourcils en signe d'incompréhension :


    - Les vampires, oui.

    Lorsqu'il demanda où est-ce qu'elle avait bien pû rencontrer des vampires, Ama fronça légèrement ses sourcils fins et sombres. Là, çà devenait un peu plus épineux. Si Koran se montrait si étonné, c'était peut-être bien parce qu'aucun vampire n'attaquait dans l'enceinte de la ville. Peut-être qu'elle se trompait sur toute la ligne à ce sujet. Un grognement mental et désabusé de Makim résonna dans l'esprit de la jeune fille. Le léopard n'était pas d'accord. D'après lui, Ama avait parfaitement raison de penser que les vampires ne se montraient pas très amicaux quand on transgressait leurs règles. La Dalavirienne caressa la tête de son Familier d'un geste machinal, continuant d'afficher une mine troublée. Voyons, il y avait un truc qui clochait, là. Mais bon, pour le moment, il fallait répondre. Elle verrait ensuite. Au pire, elle pourrait toujours se rattrapper. Ama ajouta donc à l'adresse du garçon, répondant à sa dernière question à l'aide d'un geste évasif de la main, comme si elle voulait chasser une mouche :

    - Et bien, là, dehors ... Dans les rues, quoi. Enfin, c'est là qu'ils sont le plus souvent, mais ils peuvent traîner dans la forêt aussi, j'imagine ...

    Tiens, mais les vampires n'entraient pas dans l'Académie en fait ? Ama regarda soudainement autour d'elle, comme si elle s'apprêtait à en voir un arriver sans crier gare. La réalité la laissa encore un instant interdite. Les vampires ne s'approchaient pas de l'Académie ... Etrange. Peut-être Alia voulait-il laisser les jeunes étudier en paix ? Pour fabriquer de parfaits petits soldats peut-être ? Cà n'étonnerait pas Ama. Cette dernière reprit ses caresses sur le pelage du crâne de Makim, pensive. Puis elle tourna la tête vers Koran, et devant sa mine stupéfaite, elle fronça les sourcils derechef. Bon, sa question s'avérerait peut-être stupide mais ...

    - Est-ce que tu ... Pardonnes-moi cette question idiote, mais ... Tu as entendu parler des vampires, n'est-ce pas ?

    Entendu parler ... Cela paraissait évident pour Ama, elle était même certaine que tous les habitants de la ville étaient au courant de l'invasion. Cà crevait les yeux ... non ? Soudain, la jeune fille fut prise de soute. Si l'Académie était une sorte de cocon, était-il possible que ses élèves igorent tout de ce qu'il se passait à l'extérieur ? Cela expliquerait la stupéfaction de Koran, mais ... c'était difficile à croire.


    _________________

    Personnage retourné sur Terre.
    [ N'est plus joué ]


    Spoiler:
    Ama-Dracula Powaaaa !

    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Calme soirée... [PV Amanuella]

    Message  Invité le Dim 16 Nov 2008 - 2:10

    Koran remarqua tout de suite l'air étonné d'Ama lorsqu'il posa ses questions. Et deux possibilités lui venaient en tête. Soit elle s'était foutue de lui à la façon d'un Nashaovien, et elle était étonnée qu'il ait mordu à l'hameçon. Soit il n'était au courant de rien et passait pour un parfait étranger, ce qu'il était plus ou moins finalement car il n'était pas là depuis un long moment. Finalement elle lui répondit :

    - Les vampires, oui.

    Sa réponse constituait comme un soulagement pour le garçon, il n'avait pas à faire à une "fausse dalavirienne". Dans un même temps, il releva le ton hésitant de la dalavirienne, confirmant sa seconde hypothèse. Il devait vraiment passer pour un ignorant, mais alors comment se faisait-il qu'elle lui ait parlé de vampire, il en avait presque oublié la raison. Mais il s'en souvint assez rapidement pour enchainer sur une dernière question, à laquelle elle répondit :

    - Et bien, là, dehors ... Dans les rues, quoi. Enfin, c'est là qu'ils sont le plus souvent, mais ils peuvent traîner dans la forêt aussi, j'imagine ...

    Le signe de main ajouté aux paroles rendait la nouvelle encore plus inquiétante. Comment aurait-il pu imaginer que des vampires rodaient peut-être autour de l'académie à l'heure actuelle ? Son intérêt pour la nuit changea radicalement, au moins pour la soirée, et comme la jeune fille, il jeta quelques coups d'oeils autour de lui avant de se retourner vers elle, une mine inquiéte et encore étonnée par cette annonce.
    C'est à ce moment que Maeg décida de refaire surface dans l'esprit de Koran pour le rassurer :


    * Ne t'inquiète pas, il n'y a rien dans le coin, je surveille pour toi *

    Même si cela avait un but rassurant, Koran savait très bien qu'avec tout les efforts possibles, la petite fouine ne pourrait prédire ou sentir l'arrivée d'un vampire, ces créatures étaient comme des ombres. Il voulait poser une nouvelle question lorsque la jeune fille le devança :

    - Est-ce que tu ... Pardonnes-moi cette question idiote, mais ... Tu as entendu parler des vampires, n'est-ce pas ?

    - La question n'est pas idiote... et pour te répondre, oui j'ai entendu parlé des vampires, mais seulement dans des vieux livres à la maison, et là tu m'annonce qu'ils sont dans les rues. Et surtout que tu leur ait échappé. Car à moins que les légendes ait éxagéré la chose, les vampires sont normalement des créatures puissantes et cruelles. Et qui nous dit que nous sommes à l'abri ici ?

    Sa nature calme et posée à l'habitude laissait tout de même sentir une pointe d'inquiétude dans ses paroles, et il prit une grande inspiration pour s'en débarrasser, et reprendre des esprits clairs.

    * Je ne t'avais jamais senti aussi inquiet auparavant Koran, les vampires ne peuvent pas être si méchant que ça, regarde comme elle s'en est sortie. Ce n'est pas comme si elle s'était trainait jusqu'ici avec deux jambes en moins et le corps couvert de sang... *

    * Je crois que ça ira pour les descriptions Maeg, tu as sans doute raison, attendons sa réponse... ensuite mon inquiétude partira... *

    * Ou pas... *, pensa la fouine pour elle-même.

    Amanuella Dowell
    Ancien membre

    Messages : 209
    Age : 26
    Métier : /end.
    Nature : /end.
    Niveau : /end.

    Re: Calme soirée... [PV Amanuella]

    Message  Amanuella Dowell le Jeu 1 Jan 2009 - 14:05

    [ Sorry pour le retard u_u ]


    - La question n'est pas idiote... et pour te répondre, oui j'ai entendu parlé des vampires, mais seulement dans des vieux livres à la maison, et là tu m'annonce qu'ils sont dans les rues. Et surtout que tu leur ait échappé. Car à moins que les légendes ait éxagéré la chose, les vampires sont normalement des créatures puissantes et cruelles. Et qui nous dit que nous sommes à l'abri ici ?

    Ainsi, Koran n'était pas au courant pour l'invasion vampirique qui s'était abbatue sur la ville ?
    Ama en était étonnée. Non, je dirais plutôt stupéfaite. Elle n'avait jamais envisagé la possibilité que des gens dans Sannom ignorent tout de la situation, car pour elle, l'invasion était plus qu'évidente. Mais il fallait croire qu'elle se trompait. Et maintenant qu'elle y pensait, peut-être que ce n'était pas si évident que cela. Après tout, si elle-même était au courant de tout, ou du moins du plus important, c'était parce qu'elle avait été aux premières loges. Mais qui dit que le point de vue était le même chez les personnes qui avaient continué de vivre en igorant tout ? Si la Dalavirienne n'avait pas été dans ces quartiers mal-famés ce fameux jour, elle serait sûrement à la place de Koran aujourd'hui. Elle n'aurait eut aucune raison d'être au courant, elle s'en rendait compte maintenant. Seulement, tout ceci restait étrange tout de même. Les vampires étaient dehors, dans les rues, Ama les avait vu. Alors forcément, les habitants qui vivaient en ville devaient être au courant, ne serait-ce qu'en voyant ces créatures par leurs fenêtres. Mais si dans l'Académie, on ignorait tout de la situation, cela signifiait que les vampires ne venaient pas ici, non ? Mais pourquoi ? Là, Ama faisait choux blanc. Elle ne comprenait pas. Imaginer qu'Alia avait une once de sensibilité et qu'il désirait que les élèves de l'Académie étudient dans les meilleures conditions possibles, loin des chocs de l'invasion, était impossible. Du moins, dans l'esprit d'Ama. Mais d'un côté, que savait-elle, au fond ? Rien. Elle ne connaissait pas non plus les moindres détails du plan du chef des vampires, loin de là. Elle ne savait donc pas du tout pourquoi il ne s'était pas encore imposé à l'Académie. A moins que cela soit au programme, mais pas dans les urgences. Fort possible.

    Pour répondre à la question du garçon, Ama haussa les épaules en signe d'ignorance. En effet, personne ne leur disait qu'ils étaient à l'abris entre ces murs. Même la jeune fille en doutait. Elle répondit donc :


    - Personne. A vrai dire, je pense que les vampires ne rencontrent aucune difficulté pour entrer ici mais ... Je ne sais pas. S'ils ne viennent pas, c'est peut-être qu'ils veulent laisser l'Académie tranquille. Je n'en sais rien du tout.

    Laisser l'Académie tranquille, ce serait beau. Ama n'y croyait pas trop, mais il était évident que si les vampires auraient voulu raser l'endroit, ils l'auraient déjà fait, et ceci depuis longtemps. On pouvait donc supposer que leur absence en ces lieux était volontaire. Mais dans quel but ? Pour un plan précis, ou juste comme çà ? Si cela se trouvait, les vampires, même s'ils s'étaient installés, ne comptaient pas tout raser. Après tout, s'ils se proclamaient les nouveaux chefs, ils n'auraient aucun intérêt à supprimer toute la population. Car ils n'auraient alors plus personne pour respecter leurs règles, tout simplement.

    ~ Je pense qu'ils savent ce qu'ils font. S'ils décident de venir faire un tour à l'Académie, ils le feront, tout simplement. ~

    L'intervention mentale de Makim était loin de rassurer l'état d'esprit d'Ama, mais cela rejoignait ce qu'elle pensait.
    Effectivement ... Mais si un jour les vampires venaient, pour faire une inspection ou quelque chose du genre, il n'était peut-être pas forcé de croire qu'ils allaient tous les tuer et tout détruire sur leur passage. Oui, en fin de compte, peut-être qu'ils voulaient garder tout le monde en vie. Sauf peut-être les chefs de guilde, mais çà, c'était une autre histoire. Ama eut une pensée pour Arya, et espéra que tout allait bien pour elle. Pour revenir à la conversation, Ama reprit la parole :


    - Tu sais, je pense que s'ils auraient voulu tout détruire, l'Académie et nous avec, ils l'auraient fait depuis longtemps. Makim est de mon avis. Je ne dis pas que nous sommes à l'abris ici, mais pour le moment, moi, je ne vois pas de meilleur endroit où il est aisé de vivre en pleine invasion.

    De toutes façons, cela ne servirait à rien de craindre à tout bout de champ qu'un vampire ne saute sur quelqu'un par derrière pour le tuer. C'était un fait, mais devenir paranoïaque n'était peut-être pas la meilleure solution dans ce genre de situation. Enfin. Ama regarda un instant ses mains sans les voir, et se demanda combien d'élèves dans l'école ignoraient tout de l'occupation vampirique à Sannom. Peut-être qu'aucun n'était au courant, à moins d'aller voir les choses par soi-même dehors. Mais cela ne durerait pas, la rumeur se répandrait vite, c'était obligé. Une chose pareille ne restait jamais sous silence bien longtemps.


    _________________

    Personnage retourné sur Terre.
    [ N'est plus joué ]


    Spoiler:
    Ama-Dracula Powaaaa !

    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Calme soirée... [PV Amanuella]

    Message  Invité le Mer 7 Jan 2009 - 0:57

    Ama semblait à nouveau étonnée en entendant les paroles du garçon. De toute évidence, la présence des vampires devait être élémentaire pour elle, et peut-être même pour les reste des "gens au courant". D'un autre côté, elle avait du tant en voir qu'elle devait voir cela d'une vision différente, vision dans laquelle on ne pouvait passer à côté de cela. Pourtant, lui, Koran, était passé à travers, du moins jusqu'à maintenant. Loin, perdu sans se tenir au courant, quoi que, encore fallait-il que les journalistes vivent assez longtemps pour faire passer les nouvelles. D'un autre côté, on pouvait envisager le fait qu'ils veulent faire connaître leurs exploits, faisant ainsi planer un climat de terreur dans le reste du pays. quoi qu'ils aient décidé de faire, et quelqu'en soient leurs raisons, Koran n'était pas au courant jusqu'à maintenant.

    - Personne. A vrai dire, je pense que les vampires ne rencontrent aucune difficulté pour entrer ici mais ... Je ne sais pas. S'ils ne viennent pas, c'est peut-être qu'ils veulent laisser l'Académie tranquille. Je n'en sais rien du tout..

    Koran acquiesça d'un simple "hmm", l'air pensif. Que pouvait bien penser les vampires au fond ? Même s'il aimait la nuit plus que le jour, il n'était pas pour autant un vampire, et il ne pouvait penser comme eux. Si seulement ils pouvaient être certains que ces vampires laisseraient l'académie en paix, il y aurait de quoi le rassurer, surtout depuis qu'il était au courant. Jusqu'à ce soir, il pouvait sortir la nuit comme il en avait l'habitude, profiter de l'obscurité. A partir de maintenant, cela arriverait sans doute moins souvent, même si les vampires ne venaient pas, il garderait un côté méfiant malgré tout.

    - Tu sais, je pense que s'ils auraient voulu tout détruire, l'Académie et nous avec, ils
    l'auraient fait depuis longtemps. Makim est de mon avis. Je ne dis pas que nous sommes à l'abris ici, mais pour le moment, moi, je ne vois pas de meilleur endroit où il est aisé de vivre en pleine invasion.



    - Oui, je suis d'accord avec toi, mais il n'empêche qu'on se sent moins en sécurité, une fois au courant...

    Il poussa un soupir, mélant plusieurs sentiments qu'il voulait faire fuir de cette façon. La peur surtout, cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas éprouvé ce sentiment qui vous prend directement au coeur. Il jeta un coup d'oeil vers Maeg qui devinait les sentiments du garçon. Réciproquement, Koran sentit dans le regard de l'animal qu'elle n'était pas non plus rassurée.

    - Il faut se dire qu'ils n'ont aucune raison de venir...


    Ces mots étaient sortit sans but précis, simplement pour se rassurer lui-même, des pensées à haute voix. Il soupira à nouveau, reprenant son calme habituel, chassant au mieux sa peur. Il se retourna vers Ama.

    - Je dois bien avouer que je t'admire, tu semble plutôt confiante, tu leur a échappé... moi au contraire, plus on en parle moins je suis rassuré...

    * Koran ? Depuis quand tu montre tes faiblesses aux autres ? *

    Il ignora les paroles de la fouine, il avait besoin d'être rassuré, de comprendre, enfin, il recherchait quelque chose à travers sa question, sans savoir exactement quoi...

    Amanuella Dowell
    Ancien membre

    Messages : 209
    Age : 26
    Métier : /end.
    Nature : /end.
    Niveau : /end.

    Re: Calme soirée... [PV Amanuella]

    Message  Amanuella Dowell le Mer 21 Jan 2009 - 14:29

    - Oui, je suis d'accord avec toi, mais il n'empêche qu'on se sent moins en sécurité, une fois au courant ...

    Ama ne savait pas quoi répondre à cela.
    Que pouvait-elle répondre ? Ce que Koran disait était parfaitement vrai. Le garçon aurait-il peut-être préféré rester dans l'ignorance ? Celle-ci avait parfois du bon. Et puis, elle, après tout, qui était-elle pour venir déblatérer sur le sujet alors qu'elle n'en savait pas plus qu'un autre ? Qui était-elle pour venir balancer la nouvelle aux têtes des gens qui n'avaient peut-être rien demandé ? En fermant les paupières un instant, cependant, la jeune fille se dit que dans la situation qu'ils connaissaient, mieux valait savoir que rester ignorant. Le contraire pouvait s'avérer dangeureux. Et puis, n'était-il pas préférable d'apprendre la nouvelle ainsi que de voir la réalité arriver au galop lorsque l'on s'apperçevait que des buveurs de sang avaient élus domicile en ville ? Oui, peut-être. Ou peut-être pas. Cela devait dépendre. Mais il était impossible de revenir en arrière, c'était universel, et même si Koran aurait préféré ne rien savoir, maintenant, c'était trop tard. Comme tous les autres, il allait devoir digérer l'information ... difficilement digérable, je vous l'accorde.


    - Il faut se dire qu'ils n'ont aucune raison de venir ...

    Là encore, Ama ne répondit pas.
    Elle observa sans mot dire le sol à ses pieds, se laissant aller à quelques pensées. Oui, peut-être fallait-il se dire cela ... Se rassurer ... Même si la jeune fille doutait franchement que cela suffirait à éloigner les vampires. Evidemment. Mais ils ne pouvaient rien faire d'autre. C'était rageant, mais véridique. Ama étudiait à l'Académie depuis longtemps, et s'étant toujours montrée studieuse afin d'atteindre son objectif, elle avait obtenu un niveau de magie plutôt considérable. Mais cela ne suffisait sans doute pas. Ses dons ne lui avaient pas permis d'échapper aux sbires d'Alia ce jour-là. Certes, ceux d'Arya et de Leïla non plus, alors qu'elles étaient toutes deux très douées. Mais bon, il n'empêche que cela restait frustrant et démoralisant. Mais il suffirait de s'exercer plus encore. Après tout, ils ne pouvaient pas laisser les vampires en ville sans rien faire, non ? Peut-être qu'il n'y avait pas encore de protestations énnonçées haut et fort, mais Ama se doutait bien que dans l'ombre, des habitants de Sannom devaient préparer quelque chose. Le contraire était impossible. Et si elle pouvait aider, dans la mesure du possible, Ama le fairait. A cette pensée, Makim tourna légèrement la tête, marquant ainsi son sentiment de frustration. Il ne pouvait pas désaprouver la jeune humaine - lui-même se serait bien jetté sur le premier buveau de sang venu - mais cela ne l'empêchait pas d'être inquiet pour cette dernière. Tous deux venaient à peine de s'être retrouvés, après avoir été séparés, Ama ayant été emportée chez ses messieurs-dames les vampires. Il n'approuvait donc pas l'idée que la jeune fille puisse se mettre en dander, évidemment. Mais il ne dit rien.


    - Je dois bien avouer que je t'admire, tu semble plutôt confiante, tu leur a échappé ... moi au contraire, plus on en parle moins je suis rassuré ...

    Ama releva les yeux pour les poser une nouvelle fois sur l'autre Dalavirien.
    Elle semblait confiante ? Vraiment ? Un instant, la jeune fille dut désapointée. Elle était loin d'être rassurée et confiante. Et elle était étonnée d'apprendre qu'elle en donnait pourtant l'impression. Etait-il possible que les malheurs qu'elle avait vécut dans sa vie lui aient apporté une sorte d'assurance de facade ? Peut-être. Oui, fort possible. Face à Alia lui-même, n'avait-elle pas hésité à l'insulter ? Oui, vu comme cela ... C'était certes pratique, mais ce n'était qu'une facade. Au fond, les sentiments restaient les mêmes. Peur, anxiété, inquiétude, frustration ... Oui. C'était là tout de même. Comme chez n'importe qui, j'imagine. Ama secoua donc doucement la tête, pour répondre à Koran.


    - Détrompes-toi ... Je ne suis pas rassurée du tout. Qui pourrait l'être ?

    Hors mis les vampires eux-mêmes ...
    Ama laissa un instant de silence passer, puis elle abaissa alors la tête, comme pour s'incliner, alors qu'elle se mettait à s'excuser :


    - Pardon, tu n'avais peut-être pas envie d'entendre tout çà.

    Evidemment.
    C'était toujours dur à entendre, ce genre de révélation ...
    Mais il était parfois impossible de passer outre.


    _________________

    Personnage retourné sur Terre.
    [ N'est plus joué ]


    Spoiler:
    Ama-Dracula Powaaaa !

    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Calme soirée... [PV Amanuella]

    Message  Invité le Dim 1 Fév 2009 - 10:36

    Koran avait la tête presque ailleurs, savoir que des vampires rodaient dehors, il n'arrivait pas à se sortir cette idée de l'esprit et ne cessait d'y penser depuis qu'il avait apprit la nouvelle.

    - Détrompes-toi ... Je ne suis pas rassurée du tout. Qui pourrait l'être ?

    Qui ? Personne sans doute, à moins d'être assez puissant... ou peut-être assez fou ? Les vampires étaient des créatures bien trop puissantes après tout, qui pourrait prétendre être plus puissant et s'exposer à une mort dans les plus brefs délais, qui resterait malgré tout lente et douloureuse. Du moins c'est ce que le garçon imaginait. Ces êtres devaient prendre un malin plaisir à voir les autres souffrir, particulièrement s'il s'agissait d'une vengeance ou d'un ennemi de longue date. Après tout, que connaissaient-ils de la vie ? Même s'ils avaient un jour été mortels, leur immortalité leur a fait oublié depuis longtemps ces douleurs, enfin, suffisamment pour qu'ils n'aient aucune compassion.

    - Pardon, tu n'avais peut-être pas envie d'entendre tout çà.

    Pas envie ? Il ne s'agissait pas d'en avoir envie ou non. Il devait être mit au courant, ne serait-ce que pour se méfier, pour faire face... faire face ? Pouvait-il vraiment se mettre en travers du chemin d'une de ces créatures et... faire face ? C'était impossible, même les plus puissants du pays devaient trembler. Enfin, s'ils ne tremblaient pas, ils n'avaient pas le courage d'aller affronter le chef, car apparemment, rien dans les paroles d'Ama ne faisait état d'un quelconque signe de résistance. Les vampires contrôlaient la ville, point final.

    * Suis-je folle ? - Koran tourna la tête vers son familier à ces pensées, l'air interrogé - Nous pourrions faire naitre cette résistance ? *

    Contre un autre ennemi, l'idée aurait sans doute plut à Koran. Il s'agissait d'action, de combats. C'était risquer sa vie et devenir peut-être une légende ? Il s'éloignait peut-être un peu là, mais l'idée semblait intéressante. Seulement, là, il ne s'agissait pas de "risquer" sa vie, c'était aussi simple que s'il parlait de se suicider. Même dans l'ombre la résistance était impossible. Ils devaient tour savoir, c'était limite s'ils n'avaient pas déjà repéré ces pensées... bon, encore une fois il en faisait peut-être trop, mais il en revenait toujours au même point. Maeg, qui suivait son raisonnement, insista :

    * Ils combattent la nuit, la nuit tu n'as plus besoin de cacher cet œil. Tu es alors plus fort, et puis, comme tu l'as dis, tu sera peut-être la légende qui a initié la résistance face aux vampires... *

    * Ou le seul fou qui a osé s'y opposer et s'est fait écraser comme un moustique. Et puis même si mon œil est découvert, je ne suis pas beaucoup plus puissant, il n'y a que ma vue qui est améliorée, même si je les vois, ils resteront bien trop rapides et tout ce que je verrai, ce sera la mort qui vient chercher mon âme... *

    Il arrêta alors le débat en revenant vers Ama, elle devait se demander de quoi il discuter avec la petite fouine pour l'avoir laissée sans réponse aussi longtemps, et il valait mieux faire comme si ce débat n'avait pas eu lieu.

    - Mieux vaut savoir que rester dans l'ignorance. Ainsi on peut toujours prévoir... se méfier... contrer... tant que le problème n'est pas insurmontable.

    Amanuella Dowell
    Ancien membre

    Messages : 209
    Age : 26
    Métier : /end.
    Nature : /end.
    Niveau : /end.

    Re: Calme soirée... [PV Amanuella]

    Message  Amanuella Dowell le Mer 25 Fév 2009 - 19:31

    Koran ne répondit pas tout de suite à la dernière remarque d'Ama.

    Celle-ci pensa d'abord qu'il réfléchissait à sa réponse, mais quand elle posa les yeux sur la fuine présente dans la pièce, qui avait les yeux fixés sur le garçon, elle en déduisit que ce dernier devait parler à son Familier. Elle ignorait ce qu'ils se disaient, et n'irait pas chercher à le savoir. Elle pouvait être curieuse, mais pas déplacée ou insistante inutilement. De toutes façons, elle se doutait bien que Koran et son Familier devaient s'échanger des pensées sur le sujet lancé, soit celui des vampires. Evidemment, ils n'allaient pas se mettre soudainement à parler du temps qu'il faisait ou de ce qu'il y avait eut à dîner. Le contraire serait assez étrange, tout de même. Bref, la jeune fille attendit patiemment, et en profita pour jetter elle-même un coup d'oeil à son propre Familier. Quand elle le voyait, là, juste à côté d'elle, elle avait tendance à croire que ces dernières semaines ne s'étaient déroulées que dans un rêve, ou plutôt un cauchemar, que rien n'était vrai. Oui, difficile de se dire qu'elle avait été séparée de lui pendant tout ce temps ... Tout semblait revenu brusquement à la normale. Pourtant, les faits restaient là. Ama leva sa main gauche pour la poser sur l'imposante tête du léopard, et le caressa délicatement du pouce. Il lui avait manqué. Plus jamais elle ne voulait revivre pareille séparation. Rien qu'à l'idée que les vampires puissent de nouveau les séparer comme ils l'avaient fait, le coeur de la Dalavirienne se serrait. Si cela devait arriver ...


    ~ Cela n'arrivera plus.

    Makim n'avait pas bougé, il n'avait pas levé ses yeux vairons, mais Ama savait qu'il était présent, qu'il partageait ses pensées. Elle le remercia d'une autre caresse du pouce, mais elle restait soucieuse. Après tout, si elle avait accepté le marché d'Alia, c'était surtout parce qu'il avait menacé de faire disparaître proprement et simplement son Familier. Difficile de refuser quand vous êtes en position de faiblesse et qu'on vous dit qu'on tuera un être cher parce que vous avez refusé de faire quelque chose. Très difficile. A ce souvenir, Ama poussa un soupir, mais à peine perceptible. Ce fut à cet instant que Koran reprit la parole :

    - Mieux vaut savoir que rester dans l'ignorance. Ainsi on peut toujours prévoir... se méfier... contrer... tant que le problème n'est pas insurmontable.

    Ama hocha la tête.
    En effet, mieux valait savoir que rester dans l'ignorance. Et en effet, cela permettait de prendre les avants. Se méfier, prévoir, certes. Contrer ... Ce serait une autre affaire. Mais il ne fallait jamais baisser les bras, n'est-ce pas ? Après tout, si cela devait servir à une bonne cause ... Le problème, c'est qu'une victoire était toujours plus préférable à une défaite. Alors mieux valait mettre toutes les chances de son côté. Et prendre son temps. Ne pas foncer dans le tas tête baissée. Oui. Car de toutes façons, rester sans rien faire, ce n'était peut-être pas non plus la meilleure solution. Car avec des adversaires pareils, qui dit qu'une personne qui ne faisait rien était en sécurité ? Bonne question. Ama décolla sa main légère de la tête de Makim pour la poser sur ses genoux. Elle regarda un instant dans le vague. Puis elle rapporta son attention sur Koran, et prit la parole à son tour, d'un ton qu'elle se voulait assuré et plus léger :


    - Et puis, ne dit-on pas que rien n'est impossible ?

    Oui.
    Peut-être même battre une ribambelle de vampires qui s'installe en ville sans demander l'avis des gens.
    Oui, pourquoi pas ?


    _________________

    Personnage retourné sur Terre.
    [ N'est plus joué ]


    Spoiler:
    Ama-Dracula Powaaaa !


    Contenu sponsorisé

    Re: Calme soirée... [PV Amanuella]

    Message  Contenu sponsorisé