Edryn Hayes

    avatar
    Edryn Hayes
    Admin
    Fan d'Alia

    Messages : 3327
    Age : 33
    Métier : Caissier
    Nature : Shiromag
    Niveau : Confirmé

    Edryn Hayes

    Message  Edryn Hayes le Mer 14 Fév 2018 - 0:13


    EDRYN
    HAYES

    Homme, 33 ans,
    Shiromag (595.25)
    Ryzeurs d'Or


    Identité


    Gamaëlien
    Né un 18 décembre
    Caissier à l'épicerie du coin
    Depuis 3 mois




    Physique

    Fin et d'une taille dont il se satisfait parfaitement, Edryn est un jeune trentenaire un peu paumé et au look plutôt banal. Pas très imposante, son allure n'est pas forcément menaçante, même si lorsqu'il est de mauvaise humeur, son air joyeux donne moyennement envie de l'approcher. À certaines périodes, les gens ont même tendance à l'éviter puisqu'il s'amuse à broyer du noir et à s'imbiber fortement d'alcool en tous genres pour oublier les mauvais souvenirs. Il est également fort possible, qu'à un moment ou un autre, il montre son fameux air blasé si la personne ou la situation l'ennuie, d'autant plus qu'il trouve beaucoup de choses barbantes. Heureusement, cette joie dans le cœur qui en étonne souvent plus d'un et cette impolitesse non dissimulée, ne dure jamais et il retrouve toujours son sourire et sa bonne humeur.

    Ses cheveux bruns, courts et presque toujours coiffés vers l'arrière, surplombent un front haut, et font apparaître ses oreilles légèrement décollées. D'ailleurs, une boucle d'oreille orne l'une d'elles, la gauche plus précisément. Ses yeux sont également bruns et dominent un nez droit et des lèvres assez petites. Son visage arbore également une multitude de taches de rousseur et, la plupart du temps, une barbe de quelques jours, qui lui donne un petit côté négligé. Le reste de son corps, comme indiqué au début, est fin et n'est pas athlétique ou musclé à outrance. Au plus, il s'entretient un minimum pour rester en forme et ne pas s'encroûter.

    Étant donné qu'il ne roule pas sur l'or, il s'arrange souvent d'un simple haut uni et d'un pantalon simple, qui auraient plusieurs années ou qu'il aurait déniché à un prix défiant toute concurrence. De toute façon, il préfère privilégier le confort et la praticité à l'élégance ou la mode. Néanmoins, il lui arrive de faire un peu plus d'efforts lorsque les circonstances l'exigent, lors d'une soirée par exemple.

    Outre sa boucle d'oreille, il porte aussi quelques bijoux et surtout quelques bagues qu'il a en réalité "empruntées", il y a de nombreuses années, à leurs propriétaires.

    Edryn est un homme, dont la beauté ou le charisme ne sont pas exceptionnels, mais son apparente sympathie ainsi que sa voix calme et douce, font de lui quelqu'un de facilement abordable et auquel on a envie de faire confiance. À vos risques et périls…




    Caractère

    Plus que beau parleur, Edryn est un menteur né. Mentir en toutes circonstances, pour tout et n'importe quoi, sur les détails de sa vie et de son passé, mentir encore et toujours. Le pire et surtout le plus énervant dans tout ça, est qu'il dit aussi la vérité et qu'il est très dur de discerner le vrai du faux dans toutes ses histoires. Au fil des années, il a su perfectionner sa technique et apprendre à disséminer ses mensonges un peu partout. Ainsi, pour le prix de deux vérités, vous aurez également droit à un mensonge… Ou c'est l'inverse ? Ma mémoire me fait défaut. Il lui arrive pourtant de s'embrouiller, mais franchement il s'en fiche pas mal et préfère continuer à s'enfoncer en racontant n'importe quoi plutôt que de dire la vérité. Il a sa fierté quand même. Quoi qu'il en soit, vous pouvez être sûr, dans la plupart des cas, que les histoires qu'ils racontent seront forcément déformées, améliorées ou presque inventées de toutes pièces. Personne ne connaît vraiment toute la vérité sur sa vie et il n'a pas envie que cela change. Alors, non, il ne fait pas ça juste parce que ça l'amuse ou que ça lui fait plaisir, mais plutôt parce qu'il a honte de certains évènements de son passé ou qu'il trouve sa vie d'un ennui sans nom.

    Doté d'une patience très moyenne, d'un besoin presque viscéral d'aventure, d'un petit côté naïf et d'une fragile attention, Edryn a beaucoup de mal à supporter le quotidien d'un gamaëlien lambda. Beaucoup de choses l'ennuient, à commencer par son nouveau travail qu'il trouve d'un banal affligeant. Honnêtement, il ne l'a pas vraiment choisi, c'était plus par dépit et nécessité qu'il l'a accepté et s'il le pouvait, il plaquerait tout et irait vagabonder ailleurs. Pourtant, il sait être un bon employé et se donne du mal pour pouvoir garder ce travail dont il a besoin. Après, vous ne pouvez tout de même pas l'empêcher de faire quelques petites remarques sur les produits que les gens achètent lorsqu'il est sur le point de mourir d'ennui. Pour le moment, il a toujours été à l'heure, il n'a jamais été absent, pas plus qu'irrespectueux et à part taquiner gentiment les clients, il a su se tenir à carreau. Il n'a pas trop envie de se faire virer, puisqu'il n'est pas du tout évident de se faire embaucher lorsqu'on est un ex-détenu. De plus, il a peur des conséquences que cela entraînerait, il n'aurait plus de revenus et avec un compte en banque en berne, il ne pourrait certainement pas payer son logement. Hors de question pour lui de finir à la rue et il pense que dans ce cas-là, il reprendrait sûrement son ancienne activité très peu légale. Il était doué pour le vol et il ne serait pas trop difficile pour lui de reprendre cette activité, ce qui l'effraie un peu. Or, il a beau ne rien avoir perdu de sa discrétion, son habileté ou de son ingéniosité, il sait qu'une erreur est vite arrivée et que se faire prendre est souvent inévitable. Soyons clair dès à présent, Edryn ne veut pas retourner en prison, et serait prêt à faire presque n'importe quoi ou trahir n'importe qui pour rester le plus loin possible de cet établissement.

    Depuis son retour à Sannom, il lui arrive de rencontrer régulièrement ses anciens amis, mais il préfère tout de même rester distant. Il est plutôt sociable, mais avec les années, il est devenu méfiant et n'aime plus donner sa confiance et s'attacher à n'importe qui. Du coup, c'est rare qu'il tisse des liens d'amitié forts ou durables, il se contente souvent de parler avec tout le monde de ses folles aventures imaginaires, sans jamais se confier réellement. Dans certains cas ce n'est pas plus mal puisqu'il est très fort pour débarquer à l'improviste chez ses amis, s'incruster chez eux, emprunter leurs objets, dévaliser tout ce qui leur servirait de garde-manger ou carrément les forcer sournoisement à payer à sa place. On ne compte plus le nombre de fois où il a joué la comédie pour que ses amis aient pitié de lui, ni même toutes les fois où il a oublié par inadvertance son porte-monnaie. Son petit côté sans gêne peut-être parfois marrant, mais à force ça a surtout tendance à devenir lassant.

    Donc oui, ne pas trop s'attacher aux gens, on ne sait jamais, s'il devait trahir quelqu'un ça serait beaucoup plus facile pour lui. Parce que l'homme peut faire preuve d'un fort égoïsme et s'il se trouvait dans une situation délicate, son bien-être passerait avant celui des autres et il n'aurait presque pas de honte à abandonner quelqu'un à son triste sort ou à le balancer aux loups. Il a l'impression de s'être fait avoir tellement de fois dans sa jeunesse, qu'il est bien décidé à ce que cela n'arrive plus ou du moins, à ce qu'il n'en paye plus les conséquences. Heureusement, ces situations sont désormais rares et sa nature conciliante, le pousse à ne pas chercher inutilement les embrouilles, bien au contraire. Il n'aime pas les conflits et aura nettement plus tendance à les éviter ou à tenter de les désamorcer qu'autre chose.

    Malgré toutes ses qualités et ses défauts, Edryn reste un homme sympathique, mais compliqué. Si d'un côté, il ne veut pas retomber dans les travers de son passé, et en a peur d'ailleurs, son ennui quotidien lui fait souvent regretter cette ancienne vie qui était quand même nettement plus palpitante à ses yeux. Surtout, il est effrayé à l'idée de se réveiller un jour, sa vie touchant à sa fin, et de se rendre compte qu'il n'aurait finalement rien fait qui le démarque des autres gamaëliens. Ouvrir les yeux et se dire que s'il n'avait pas été là, tout aurait été pareil et qu'après tout, il n'a servi à rien, il n'a pas compté, qu'il n'était juste pas important.




    Histoire

    1. Famille de pèquenauds


    Arkan il y a trente ans, des éclairs déchirants le ciel, une bataille faisant rage dans les rues pourries de la capitale, une famille se déchirant, un typhon ravageant les côtes, une nuit sans lune, un froid de canard, de la neige, du vent, des vitres brisées, des kuromags sortant de nulle part, un parricide, une sombre affaire de tableau volé, un homme transformé en chat, une bouteille de rhum à moitié vide, l'angoisse, le désespoir, la colère, l'amour des pompons… Franchement, l'histoire de la naissance d'Edryn est beaucoup plus intéressante lorsque c'est lui qui la raconte, mais d'une manière générale, toute sa vie est bien plus passionnante lorsque c'est lui qui la raconte. La probabilité pour qu'il vous dise clairement qu'il est né dans une ville du nord de Gamaëlia, dans une famille banale, est quand même proche du néant. Il ne vous parlera pas de ses parents commerçants et nomags, pas plus que leur détermination presque indécente à avoir une vie calme et paisible. Une vie morne et insipide au possible pour un jeune garçon qui ne rêve que d'aventures. D'aussi loin qu'il s'en souvienne, ses parents ont toujours été ennuyeux, même lorsqu'ils se sont rendus compte que leur fils était maga, cela ne les a pas touché outre mesure. Nan mais sérieux, ils auraient dû lui faire une fête ou même lui acheter ne serait-ce qu'un petit gâteau, c'était quand même le premier maga de la famille depuis au moins… pfou… son oncle, ou quelque chose comme ça. Rien, ils ne lui ont rien donné, ils ne l'ont pas vraiment félicité, à croire que tout était normal et qu'il n'y avait rien de plus banal que d'être maga à Gamaëlia. Même sa sœur qui était devenue arimage, avait eu droit aux félicitations parentales, un comble. Dire trois phrases niaises en pleurant comme un bébé devant un public abruti par la longueur d'une histoire sans queue ni tête, lui aussi aurait pu le faire et carrément mieux ! D'ailleurs, Edryn n'a jamais autant levé les yeux au ciel que lorsqu'il a vu sa sœur pour la première fois sur scène, en tout cas, c'est ce qu'il prétend. Non, parce qu'avouer qu'il a également pleuré comme un bébé, abruti par la magnifique histoire de la pièce, c'est contre ses principes, il ne faudrait pas abuser tout de même.

    De toute façon, soyons clair, sa famille proche ne l'a jamais compris et inversement. Toujours la tête dans les nuages, à raconter mensonges sur mensonges, éternel insatisfait et jamais reconnaissant, il a fallu une bonne dose de patience à ses parents et à sa sœur pour le supporter durant tant d'années. Pauvres commerçants se contentant de si peu, actrice à la ramasse sans plus de rêves que celui de jouer au théâtre, il a fallu à Edryn une bonne dose d'alcool pour oublier qu'il venait d'une famille si nulle.



    2. École minable


    L'école aurait pu être son salut, si seulement elle n'avait pas été, elle aussi, d'un banal affligeant. Lorsqu'on lui avait fait comprendre qu'il allait enfin apprendre à maîtriser correctement son don, il s'imaginait déjà débarqué à Sannom et dire adieu à sa ville de pèquenauds, mais en fait bah non. Il échangea sa ville de pèquenauds pour une ville d'abrutis finis au fin fond de la cambrousse. Si la pension n'était pas un énième stratagème de ses parents pour étouffer toute joie de vivre dans son petit être d'adolescent en mal de sensation forte, alors Edryn était certainement une poule de Sandorte ! C'est vrai qu'il a déjà tenté de convaincre quelqu'un qu'il était un gallinacé, mais là n'est pas la question. Pourquoi tant de haine ? Lui ne voulait qu'une chose, aller à Sannom, devenir un grand shiromag et vivre des aventures incroyables, et à la place, il se contentait de fermer les yeux au milieu d'un champ en essayant de ressentir "les fluctuations du don, l'essence de la magie et blablabla". Et non, tout ceci n'est absolument pas exagéré, plus d'une fois il s'est endormi en plein cours parce que tout était trop barbant pour lui. Le fait qu'il filait en pleine nuit pour rejoindre la ville la plus proche et faire n'importe quoi, a également pu jouer sur la fatigue de l'adolescent, mais qui peut vraiment en être sûr ? Les mots aux parents, les heures de colle, n'étant pas des preuves acceptables, naturellement.

    Élève médiocre, si l'ensemble du corps enseignant n'avait pas fait preuve d'une patience infinie, il n'aurait sûrement jamais fini sa scolarité et aurait tout simplement abandonné l'idée d'un jour maîtriser un poil son don. Au début, c'est marrant de faire tomber la pluie dans sa salle de cours quand on veut remplir un verre d'eau, mais après deux ans d'entraînement, c'est juste l'angoisse. Heureusement, le professeur le plus cool du monde était venu se perdre dans la pension paumée et avait pris Edryn sous son aile. Ancien érudit, il avait réussi à intéresser l'adolescent plus de deux minutes, en grande partie grâce à des histoires plus folles les unes que les autres, mais aussi parce que c'était tout simplement un bon professeur. Bref, après avoir passé plusieurs années dans son école miteuse, Edryn était parti, son diplôme en poche et bien décidé à conquérir la capitale, et accessoirement devenir le meilleur érudit de tout le temps.



    3. La galère


    À 19 ans, le jeune homme débarqua comme une fleur à Sannom, plein d'espoirs que la vie allait écraser tel un bulldozer. Déjà, c'est surprenant, mais avec deux ryzs cinquante en poche, on peut difficilement trouver un endroit où vivre, ensuite, la bonne blague, savoir vaguement se servir d'un artefact ne suffit pas à entrer dans la guilde des Érudits, enfin, la lose, la vie d'un sannoman n'est pas forcément très palpitante. Il ne resta pas tout à fait un an à enchaîner les petits boulots et les colocations douteuses, les rencontres bizarres et les plans foireux. Des efforts, il en avait fait, en tout cas au début, mais quand on trime jour et nuit pour une récompense pitoyable, au bout d'un moment on en a ras-le-bol, en tout cas lui en a eu ras-le-bol. Grâce à ses bons amis, il se découvrit un talent jusque-là insoupçonné de chapardeur en herbe et les joies de l'argent "facile". Sa nouvelle carrière aurait pu durer si la saleté de police ne l'avait pas injustement arrêté et jeté en prison. Certes, il se trouvait à une heure indue dans une maison qui n'était pas la sienne, et alors ? Était-ce si dur de croire qu'il avait été embauché pour nourrir le chien de la villa ? Ce n'était pas de sa faute si les propriétaires ne l'avaient pas prévenu qu'ils étaient partis avec leur chien en vacances. Franchement, était-ce plus compliqué de le croire quand il disait que des objets étaient tombés par inadvertance dans son sac ? Que c'était son sosie qui avait dévalisé tout un tas d'autres maisons ou commerces ? Apparemment oui. Il le savait depuis longtemps, mais on ne pouvait décemment pas faire confiance à la justice, tous des pourris.



    4. Vacances sous les tropiques


    Premier séjour en prison, la joie… Obligé de cohabiter avec des gens louches et de faire et voir toujours la même chose. Le pire était sûrement qu'il n'avait même pas eu l'honneur d'être envoyé dans la prison de l'île d'Olhm, seul pénitencier digne d'intérêt selon lui. Au moins il évita l'invasion de Sannom, c'était bien, non ? Lui n'en est pas sûr. En tout cas et malgré les gens peu fréquentables qui l'entouraient, ses vacances forcées ne furent pas les plus horribles de sa vie. Le manque de liberté n'était pas très agréable, mais par chance, il connaissait de nombreuses personnes et trouva plus ou moins ses marques assez rapidement. Il apprit beaucoup de choses en prison et franchement pas des plus utiles lorsqu'on prétend vouloir de nouveau vivre dans la légalité. Mieux encore, il se fit de nombreux amis, des gens honnêtes, droits et sympathiques, ceux qui ne demanderaient jamais à un jeune fifrelin de leur rendre des services, suspects ou non.

    Ce petit séjour à l'ombre ne lui remit pas les idées en place, bien au contraire, et à peine sorti, il reprit son activité, mais cette fois-ci de manière beaucoup plus organisée. En même temps, avec tous les services que lui demandaient gentiment ses amis, c'était toujours particulièrement délicat de refuser. Travailler en groupe avec de si bons collègues aurait pu lui permettre d'éviter la prison une fois de plus, mais non, et il passa joyeusement son vingt-cinquième anniversaire derrière les barreaux. Heureusement, ce deuxième séjour fut bien moins agréable que le premier, ce qui le poussa à abandonner son ancien métier et à en trouver un autre, un peu plus correct à sa sortie. Il enchaîna de nouveau les petits boulots sans grand entrain et les appartements minables, mais revenir à une telle vie ne fut pas des plus faciles. Les amis d'Edryn étaient bien sympas, mais pas très encourageants, toujours à lui proposer une "petite combine, tout ce qu'il y a de plus prudent", à dénigrer son travail bancal et ses conditions de vie moisie. Pourtant, des mois durant, l'homme a tenu bon, pensant qu'il ne supporterait pas un autre séjour en prison, qu'il aspirait à mieux que de croupir dans une cellule froide le restant de sa vie et puis, il espérait toujours entrer un jour ou l'autre chez les Érudits. Malgré tous ses efforts, l'homme pédalait dans la semoule, alors après moult péripéties (peu importe ce qu'il vous fera croire, il a juste pris le train), il partit retrouver son ancien professeur, espérant qu'il pourrait l'aider.



    5. Papi gâteux


    Edryn en a réellement bavé, retourner à Ploucville et demander de l'aide à son professeur d'école, a clairement été un très bas dans sa vie, mais ce n'était rien comparé à la déception dudit professeur. C'est sûr qu'il y a de quoi se réjouir quand on apprend que son ancien petit protégé a fini brigand du dimanche, ce qui l'a tout droit mené en prison… deux fois en plus ! Il aurait au moins pu avoir la décence de ne pas se faire prendre. Heureusement, le professeur eut pitié et accepta de l'aider, par contre s'il avait su ce que cela impliquerait, il aurait peut-être pris le temps de réfléchir plus de deux minutes. En effet, Edryn, qui n'avait nulle part où vivre et pas un sou en poche, n'eut aucune honte à s'incruster et à dévaliser le frigo et les placards, malgré les protestations du propriétaire des lieux. Propriétaire qui était devenu un poil vieux gâteux sur les bords, aux yeux de l'ex-prisonnier, et qui avait nettement perdu de sa superbe. En plus de radoter encore et encore, la vie mi-hermite, mi-maître zen qu'il menait, avait le don d'horripiler Edryn qui était malheureusement obligé de supporter l'ennui de la situation. Le jeune homme n'a jamais compris le rapport entre la magie et la confection de terrines aux herbes, par exemple, mais le vieux insistait sur la nécessité de la chose et ne lui laissait pas le choix. C'est à croire que le vieux se moquait de lui. D'ailleurs, avec le recul, il est à peu près sûr qu'il se payait sa tête et qu'il a été bien stupide durant ces années de faire tout ce qu'il demandait. Pourtant, outre le fait de l'avoir forcé à cuisiner et manger des légumes, l'ancien l'avait tout de même aidé à maîtriser son don et lui avait appris à peu près tout ce qu'il savait sur les artefacts. Il passa donc quelques années en compagnie du vieux, suivant de loin et avec une pointe de regret, les évènements qui se déroulaient à Sannom. Cependant et en dépit des conseils du papi, le jeune homme n'était pas fait pour cette vie lente et sans surprise, il rêvait de plus, de retourner une fois encore à la capitale.  



    6. Jamais deux sans trois


    C'est presque trentenaire qu'Edryn retourna à Sannom, la moitié des objets de la maison du vieux sous le bras. Avant que vous ne soyez choqué ou qu'il vous raconte lui-même l'histoire, sachez qu'il n'a rien volé, c'est juste que l'autre a insisté en prétextant qu'à son âge, il n'avait plus besoin de toutes ses cochonneries. De nouveau installé dans la capitale, il retrouva un petit travail quelque temps avant de réussir à entrer chez les Érudits. Enfin, Edryn semblait avoir repris sa vie en main, il avait de nouveau un travail légal qui ne payait pas trop mal, un appartement correct et des amis qui ne baignaient pas dans l'illégalité, tout aurait pu être parfait. Pourtant, c'est à ce moment très inopportun que son passé décidât de frapper à sa porte et, peut-être parce qu'il s'ennuyait un peu de nouveau, il n'hésita pas longtemps avant de l'ouvrir. En effet, il croisa de nouveau un ami qu'il n'avait pas vu depuis des années et comme par hasard, cet ami avait de nombreux problèmes et espérait fortement que le maintenant érudit lui vienne en aide. Au départ, Edryn hésita, mais l'autre insista et sembla tellement désespéré, que le premier finit par abandonner. Après tout, les demandes de cet ami qui réapparaissait comme par enchantement, n'étaient pas bien méchantes, lui donner quelques ryzs, le conduire quelque part, garder un œil sur un objet, aller chercher quelque chose… Et puis un jour, son ami lui demanda une faveur un peu plus importante, il voulait un artefact, soit-disant pour se protéger, au cas où. Pas bête et sentant l'embrouille à des kilomètres à la ronde, Edryn refusa tout simplement et il ne vit plus cet ami, jusqu'à ce qu'il réapparaisse à moitié mort sur le pas de sa porte. Après avoir repris du poil de la bête, l'ami lui raconta ce qui s'était passé, comment il avait voulu donner une vie meilleure à sa famille, comment il avait fait des erreurs, rencontrer les mauvaises personnes, comment il avait voulu s'éloigner de cette vie qu'il ne supportait plus et surtout, comment les personnes qu'il avait rencontrées lui avait fait comprendre que ce n'était pas si facile de leur tourner le dos. Les deux avaient été des amis proches pendant de longues années et, même s'il ne lui faisait plus tout à fait confiance, le voir dans un tel état, poussa Edryn à accepter de lui procurer un artefact. Après avoir vaguement envisagé d'en voler un, il préféra le créer de toutes pièces, cela ne devait pas être si compliqué que ça après tout. Il n'était pas érudit depuis longtemps, mais il avait vu et aider ses collègues à plusieurs reprises, donc il pensait être capable d'en faire un, seul. Après un temps et après avoir emprunté quelques ressources à son travail, l'objet était enfin fini et prêt à être utilisé. Seulement, c'était bien la première fois qu'il créait une telle chose et si elle ne lui avait pas explosé entre les mains jusque-là, il était loin d'être rassuré à la pensée de son éventuelle utilisation future. Peut-être aurait-il du tester l'artefact, peut-être n'aurait-il pas dû se laisser convaincre, peut-être n'aurait-il pas dû le créer tout simplement ? Mais il était désormais trop tard pour les regrets, c'est en tout cas ce que son ami lui lança lorsqu'il s'enfuit avec l'objet. Edryn tenta bien de le raisonner, en vain.

    Retour à la case départ, après un passage à l'hôpital, Edryn se retrouva de nouveau en prison. Il avait été stupide, il était maintenant rongé par le remord, ce qui était un peu étrange puisqu'il était enfin locataire de la magnifique prison de l'île d'Olhm. C'était à n'y rien comprendre, il s'était enfin passé quelque chose d'intéressant, il était enfin dans son pénitencier préféré et pourtant, il n'était pas content. Certes, il était grandement responsable de l'arrêt brutal de la vie de son ami, il s'était fait virer de son travail et par conséquent de sa guilde, mais était-ce des raisons pour se morfondre dans son coin ? Petite nature.



    7. L'ennui


    Cela fait maintenant environ trois mois qu'Edryn est sorti de prison. Il a trouvé un endroit où vivre qu'il n'aime pas vraiment et un travail qui est aussi passionnant qu'un escargot en pleine hibernation, mais c'est mieux que rien. En apparence, son dernier séjour en prison semble l'avoir fait changer, mais les vieilles habitudes ont la vie dure et s'il se contente d'une vie qu'il trouve sans saveur, ça ne restera sûrement pas le cas très longtemps.




    Autre

    Comment avez-vous connu le forum ? Il me semble, mais je ne suis plus certaine, que j'ai confondu Gama avec un autre forum que je cherchais sur un top-site. Gama m'a plu, je me suis inscrite et je suis restée. Tel un fantôme, je hante le forum depuis maintenant plus de onze ans  Suspect

    Quelle est votre fréquence de jeu ? Ça dépend de mon humeur  Sourire dent carriée

    Autre chose ? Gloire au Pompon Sacré ! Sourire Gaby
    Multicomptes : Mikaël, Velkan et Lisa.




    Theo Hutchcraft, chanteur (HURTS)
    Brand New Day (clip)
    Bryan Adams
    Gifs : moi





    _________________